Partagez | 
 

 [Scenario de Noël] La Salle de Bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ian Bale
Nimh
avatar
PROFIL Gémeaux

Messages : 127
Réputation : 27
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Gallois

Aspiration : Psychomage en milieu carcéral

Fiche : Le géant de service

RP en cours : Let's fuck around


RP Terminés : Instant Alecia [S]
Que l'harmonie émane de toi
La jalousie n'a jamais rien réglé, ni la fierté, ni la neutralité
Bal de Noel
Entre le whisky et une danse
Premier contact
La maladie, le manque, la crise, le sauveur
Dessine-moi un mouton - Abandonné suite à mon retour
Sentez-vous la magie? - Abandonné suite à mon retour
Le premier rendez-vous - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 25 ans
Niveau: 7e année Maestria
Baguette Magique: 31 cm, Aulne, plume d'hippogriffe

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Lun 6 Jan - 21:03

Ça lui semblait interminable. Chaque seconde qui passait semblait ralentie au centuple. Et il en était de même pour les battements de son cœur qui, quelques secondes plus tôt, lui paraissaient frénétiques. Maintenant, ils étaient dangereusement lents, comme tout le reste de sa conscience. Ça aurait presque pu lui sembler reposant s’il n’avait pas été aussi stressé. Il ne comprenait pas trop d’où lui venait cette nervosité qui ne lui ressemblait, d’ailleurs. C’était surprenant. Après tout, ça n’était pas la première fois qu’il passait la soirée avec Teagan, ou même la première fois qu’il avait l’intention de lui donner de l’affection en public. Un peu d’introspection lui aurait permis de comprendre que c’était parce que c’était la première fois depuis très, très longtemps qu’il allait s’afficher comme étant – avec – une fille. C’était la première fois depuis longtemps qu’il accompagnait une fille dans ce genre d’évènement parce qu’il l’avait invitée, parce qu’il voulait la voir sourire, la faire danser. Parce qu’il était amoureux d’elle et qu’il voulait que les gens autour d’eux le sachent. C’était un peu délicat de mettre un titre à leur relation étant donné que les choses ne s’étaient pas forcément simplifiées du côté de Teagan. Elle était mariée, après tout… Mais il voulait tellement la rendre heureuse, il voulait tellement pouvoir l’appeler sa copine, sa petite amie, sa chérie.

C’était un peu tout ça qui l’angoissait, au fond.

Ce n’est que lorsqu’il entendit ce timbre de voix doux et chaleureux que ses inquiétudes disparurent. En un éclair, en un clin d’œil, comme si elles n’avaient jamais été là. La main qu’elle avait posée dans son dos ne l’avait pas surpris. Au contraire, elle l’avait fait fondre, comme un glaçon sous le soleil rayonnant et rassurant. Il se retourna donc lentement, un sourire à la fois tendre et fébrile accrocher à ses lèvres, puis vint plonger son regard d’azur dans celui de mer de Teagan. Elle était belle, magnifique, même. Le maquillage était parfait, doux, subtil. Comme sa coiffure qui expirait la classe sans être trop intense. L’une des mains du Gallois ne put s’empêcher de bouger. Il leva doucement les doigts pour venir caresser la joue de l’Irlandaise de sa paume puis, après l’avoir tendrement fixé quelques secondes, il attrapa ses deux mains des siennes et la fit s’éloigner afin de la regarder de haut en bas. À couper le souffle. Le bleu était une couleur qui lui allait à merveille et ce n’est pas sans fierté qu’il remarquait que le bleu des fleurs de sa boutonnière et du corsetage était identique. Victory. Ce n’est qu’après quelques secondes de contemplation muette que le jeune homme attira sa compagne vers lui, passant ses deux bras autour de sa taille.


« C’est que t’es absolument sublime ce soir, Teagan. »

Il n’ajouta rien pour l’instant, laissa ses gestes parler pour lui. Le grand Gallois passa sa main à l’intérieur de son veston et en sortit de la poche interne la petite boîte où se trouvait le corsetage pour le poignet de sa cavalière. Il ouvrit la boîte, en sortit l’assemblage délicat de fleurs, de rubans et de perles et l’enfila doucement au poignet de l’Irlandaise. Voilà, tout était complet, tout était beau. Il n’eut pas besoin de parler non plus lorsque l’envie d’embrasser la belle brunette lui semblait trop grande. Il n’y avait pas résisté trop longtemps. Juste assez pour la presser contre lui et lui sourire. Puis leurs lèvres s’enlacèrent, un baiser dont l’intensité était peut-être retenue, mais tout de même indéniable. En séparant à peine ses lèvres de celles de la jeune femme qui, plus que jamais, faisait battre son cœur, il ouvrit les yeux et demanda, l’une de ses mains trouvant la place jusqu’au creux de son dos :

« Qu’est-ce qui te dit le plus d’abord? À manger, à boire? Socialiser peut-être? Je t’avoue que je n’ai même pas prêté attention à qui d’autre était dans la salle.»

Et encore. Il n’avait réellement d’yeux que pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harold Gainsbury
Litriu
avatar
PROFIL Gémeaux

Messages : 129
Réputation : 27
Date de naissance : 14/06/1956
Nationalité : Anglaise

Aspiration : Adapter toutes les machines moldu au monde sorcier!

Fiche : ♣️ Gainsbury «Le best buddy des moldus»

RP en cours : ♣️ Don't let the muggles get you down
♣️ NOËL



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: 6e année Maestria
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mar 7 Jan - 22:39




Ouh, you touched my tralala

Un regard à gauche, un autre à droite, soupire de soulagement.

Toujours aucune Eve en vue!  Merlin soit loué, il pouvait respirer en paix.  C'était étrange certes de voir une jeune homme en pleine crise hormonale penser ainsi, mais il devait avouer que la personnalité fonceuse de la ceart le laissait sans mot... il ressemblait donc bien plus à une carpe hors de l'eau qu'à un jeune homme viril lorsqu'elle lui tournait autours.

Par chance, sa merveilleuse Amy était là pour le sauver de sa situation embêtante!  Ah, une chance que ce petit bout de femme existait sinon il n'aurait pas donner cher de ça peau!

"Oh oui, manger, à part danser, c'est la meilleure chose à faire un soir de réveillon. On est tous là pour ça, après tout! … Attends, ne bouge pas." lança-t-elle d'un ton joyeux qui fit sourire le grand Harold.

Curieux de cette requête – car il avait éjà oublier la présence des lèvres rouges d'Eve étampées sur son front, il la regarda donc trifouiller sa robe en se demandant sincèrement combien de truc différent traînait dans cette immense poche, lorsqu'il la vit sortir un morceau de tissus sans comprendre.

Le prenant par surprise, la petite ceart se mit sur la pointe des pieds et l'agrippa par le bras, alors que les yeux du Litriu s'exorbitaient  (mais... mais qu'est-ce qu'elle faisait?). C'est lorsqu'il senti le bout de tissus contre son front qu'il comprit enfin ce que son amie faisait.  L'aidant du mieux qu'il le pouvait, tout de même un peu gêné d'avoir oublié la présence pourtant évidente de la marque de rouge à lèvre sur son front, il leva la main pour la déposer gentiment sur la hanche de la jeune Bale, question de l'aider à garder l'équilibre.

Ah!  Se qu'elle était utile cette amie!  Souvent Harold se prenait à se demander ce qu'il ferait sans elle, enfin, souvent, depuis la sortie à Londres... c'était étrange, mais il avait ce sentiment qu'il pouvait tout dire à la jeune femme – même s'il était loin d'être un bavard d'émotion il savait que si l'envie saugrenue lui prenait de vouloir se vider le cœur, la petite ceart serait là pour lui... et il espérait de tout cœur qu'elle pensait de même.

AINSI DONC.  Le front maintenant bien propre, remarquant à peine qu'Amy avait retirer ses chaussures de torture – la rendant du coup encore plus naine à ses côtés – qu'il entendit ce que la jeune femme avait à dire :

"Ouf, c'est mieux ! Je me sens prête à danser jusqu'au bout de la nuit maintenant !"

Et Harold éclata de rire :

«C'est une manière bien peu subtile de me demander de t'inviter à danser ça!  Peuh!  Moi qui croyait que les filles c'étaient tout délicat et que sa ne faisait que suggéré astucieusement des trucs au bourgre d'homme que nous somme... sois c'est moi qui comprend rien à la vie, sois tu sais franchement ce que tu veux!»

Il lui fit un sourire puis un clin d’œil amusé avant de lui tendre sa grande et massive main à la hauteur de sa délicate main de femme.

«Allez, j'te dois bien ça, après tout tu m'as sauvez d'une honte certaine!!» lança-t-il, faisant référence au cas «John est en chaleur et laisse sa marque partout»

Le grand Gainsbury entraîna donc la jolie Bale sur la piste de danse – dans l'idée de danser le plus stupidement possible... mais ça, Amy ne le sait pas encore!

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Wilbrecht
Monaraith
avatar
PROFIL Lion

Messages : 242
Réputation : 78
Date de naissance : 30/07/1990
Nationalité : Allemande

Aspiration : Ouvrir une bibliothèque

Fiche :
Au gré des saisons

RP en cours :
“Silly things do cease to be silly if they are done by sensible people in an impudent way.”

Morne course



RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mar 7 Jan - 23:32


“Life in a heartbeat”
.



Il était rare les moments ou Alexis regrettait amèrement ne jamais avoir connu sa mère, mais en cette journée, elle en était bien triste.

Enfin, non, ne vous méprenez pas, elle aurait aimé la connaître, elle aurait aimé grandir à ses côtés, sentir son odeur réconfortante et entendre sa voix douce et harmonieuse dont son père ne tarissait d'éloges.  Mais voilà, elle avait toujours grandit sans elle, elle avait passez les plus grandes étapes de sa vie sans modèle féminin, à se demander si elle était dans les normes... si elle faisait tout comme il fallait, si elle était sur la bonne voie de devenir une femme respectable.  

Elle avait trouvé en Jane Austen le mentor que sa mère, ni son père, n'avait pu être pour elle. Et elle réussissait à s'avouer – secrètement – qu'elle était fière d'une telle trouvaille.  Elle avait l'impression de grandir et de devenir une femme digne qu'elle jugeait tout à fait respectable, avec les envies aux bons endroits, avec la tête droite et... probablement avec une très grande attente (probablement trop grande) de la gente masculine.

Mais voilà qu'en ce soir de bal, alors qu'elle regardait avec tristesse son flacon de potion vide, sa belle robe ivoire en satin et ses accessoires tous plus charmants les un que les autres, qu'elle aurait aimé avoir sa mère.  Car le fait est qu'elle n'avait jamais été invité à un bal, qu'elle n'avait jamais été réellement touché par un homme et qu'elle n'avait donc jamais eu le loisir d'embrasser l'être désiré.  Non pas qu'elle n'était pas jolie... mais tout le monde à son école élémentaire savait sa position précaire et peu avait eu l'audace de s'aventurer à l'inviter à un quelconque bal :  peur du rejet?  Envie d'allez plus loin d'un mètre de distance?  Alexis ne le savait pas trop, mais elle était bien novice dans le sujet... là, elle aurait bien aimé être réconfortée et encouragée les paroles douce et réconfortante d'une mère...

Sans aucun espoir qu'elle soit invitée par qui que ce soit au bal, elle n'avait donc pas prit la peine de bien calculer le moment pour prendre sa potion d'insensibilisation.... une dose par mois, pas plus, pas moins...  Sa dose déjà prit depuis un moment, il lui fallait attendre presque deux semaines avant sa prochaine et son corps le lui faisait déjà resentir.  Le simple contacte du tissus contre sa peau réussissait à lui arracher des grimaces qu'elle cachait du mieux qu'elle le pouvait, accélérant les battements de son cœur, la stressant un peu plus à chaque seconde.

Elle ne voyait vraiment pas comment elle allait pouvoir allez au bal...  Pourtant, le garçon de ses rêves l'attendait probablement à la porte du chapiteau et elle n'était pas prête de manquer un si grand moment dans la vie... et de laisser fuir un garçon aussi charmant et probalement parfait qu'Ethan était.

Sauf qu'il ne savait rien de son état de santé étrange et que la jeune monaraith n'avait pas envie de le terroriser avec... il allait l'abandonner, la rejeter comme tous avait fait tout naturellement par peur de la blesser – chose qu'elle comprenait, évidemment... mais elle en avait marre d'être surprotégé et jugeait qu'il était venu le temps pour elle de décider ce qu'elle pouvait endurer et ce qu'elle ne pouvait pas endurer.

Ainsi donc, elle s'habilla.  Lentement certes, mais elle le fit.  Maquillage en place, robe, gants en dentelles et sa courte cape sur les épaules, elle enfila ses souliers de torture – qu'elle trouvait particulièrement charmant – et quitta sa chambre, le cœur battant. Laissant derrière elle son salut. Elle marcha le plus rapidement possible vers le chapiteau (elle avait suffisamment fait attendre son pauvre Ethan). Chaque pas, chaque frottement de sa cape, de sa robe, de ses gants, lui était une torture, une brûlure sur sa peau opaline et lorsqu'elle arriva enfin devant la porte, l'ouvrant doucement, son cœur s'arrêta quelques seconde avant de recommencer à battre la chamade dans son torse.

Devant elle se tenait Ethan, visiblement soucieux...

Elle s'avança le plus rapidement possible – et le plus gracieusement qu'elle en était capable avec de si haut talon – pour arriver à sa hauteur et se pencher la tête pour saluer le Nihm :

«Pardon... c'est franchement impolie de m'être fait attendre ainsi, je suis désolée» s'excusa t'elle doucement alors que son regard arpentait le visage de son compagnon :

«Tout va bien dis-moi?» demanda-t'elle soucieuse...

Peut-être avait-il trop attendu, peut-être n'était-il plus désireux de passer une soirée en sa compagnie, c'était après tout tout à fait possible...

Même si elle ne le souhaitait pour rien au monde.


© EKKINOX

_________________

 
 
 WILBRECHT HEART

“Her heart did whisper that he had done it for her.”
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Portlock
Monaraith préfet
avatar
PROFIL Bélier

Messages : 160
Réputation : 19
Date de naissance : 12/04/1956
Nationalité : Anglaise

Aspiration : Créer un remède contre la lycanthropie & Travailler au département des mystères de Londres

Fiche : + Common sense is not so common

RP en cours : + L'appart du 2e
+ Contre toute attente rien de surprenant
+ Seuls ensemble



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mer 8 Jan - 1:17

    Il l'avait invité.

    Par envie, par devoir, par nécessité, par obligation?

    Peut-être pas.

    Seulement, voilà, il appréciait énormément la jeune américaine, bien plus qu'il n'était prêt à l'avouer, et la savait infiniment plus sociable qu'il ne l'était.  D'une certaine manière, il avait envie de la voir briller dans son «élément» de la voir tournoyer et resplendir parmi les autres membres du bal, si fade à ses yeux lorsqu'on les comparait à sa partenaire, miroitante et fascinante.

    Encore une chance qu'elle lui avait promis ne jamais lire ses pensés, car Loïc se serait trouvé bien embêter de devoir avouer une telle confession si tôt dans leur non-relation.  Car c'est bien ce qu'ils avaient, une non-relation.  Probablement qu'aux yeux de tous, l'affaire Elwood/Portlock était close, encré et qu'il n'y avait rien à redire sur le sujet, seulement, entre les deux concernés c'était une toute autre histoire.

    « Tu me le dis, si t’en peux plus… D’accord, Portlock? Suffit d’un mot et on se retrouve chez toi avec une bouteille de whisky. »

    Le Monaraith hocha docilement la tête avec un regain vaguement amusé vers la jeune femme alors qu'elle venait déposer ses lèvres au coin des siennes, réchauffant doucement cette petite parcelle de peau ayant eu l'honneur de recevoir l'affection de l'américaine, alors que leur doigts venait se mêler lentement et doucement les un aux autres.  Il fallait l'avouer, il avait presque l'impression d'être couvé et surprotégé en se moment même... mais il trouvait charmant l'attention de la ceart à son égard.

    «Évidemment.» répondit-il, armé d'un sourire en coin – les rares qu'il réservait pratiquement exclusivement à la jeune femme.

    Évidemment que non.  Il n'allait tout de même pas de la priver d'une telle soirée!  L'université avait si peu de budget qu'il était encore étonnant qu'ils aient tous eu droit à un tel bal, il était donc hors de question qu'il fasse un associable de lui-même et gâche une soirée si bien organiser simplement parce qu'il était ennuyer de la présence de tant d'étudiant parlant tous de tout et surtout de rien pour alimenter les conversation vide de sens.

    Evelynn prit de l'avance sur lui, détachant ainsi leur doigts, marchant avec grâce devant ses yeux alors qu'il ne pouvait s'empêcher d'admirer la grâce de sa compagne.  Sa robe avantageant sa silhouette – lui donnant d'étrange envie bien loin d'être catholique – le doux roulement de ses hanches au fil de claquement de ses talons au sol, vraiment, l'anglais ne voyait pas comment les autres réussissait à détacher leur yeux de la merveille qui dé-hanbulait dans la salle de marbre.

    Et ça encore, il était ravis qu'Evelynn n'en sache pas un mot.

    Elle revit vers lui, coupe de champagne à la main :

    « Joyeux Noël, monsieur Portlock. »

    Avec un hochement de tête, il fit tinter sa coupe contre celle d'Evelynn – action qu'il n'apprécia pas spécialement vu le son aigue produit par les deux verres.  Cachant la l'insatisfaction produite par le tintement, le jeune homme se pencha vers sa cavalière et sortie une petite boite de ses poches avant de se pencher doucement pour souffler à son oreille :

    «Joyeux Noël Miss Elwood... puisse papa Noël vous apportez ce que vous souhaitez»

    Puis il glissa l’écrin de velour dans les mains de l'américaine avec un sourire :

    «Je crois qu'il est temps pour vous d'ouvrir vos cadeaux.»

    Et il espérait sincèrement qu'elle l'apprécierait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlene J. Johansen
Nimh
avatar
PROFILMessages : 98
Réputation : 27
Nationalité : Danoise

Aspiration : Ingénieure en cosmétiques magiques

RP en cours : Le couloir des caprices [LIBRE]




RPG
Feuille de personnage
Age: 19
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: Noyer noir, cheveu de vélane

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mar 14 Jan - 17:28






Parfait. Tout était simplement parfait.

Elle était radieuse, elle parlait avec la jolie et populaire Cassiopée qu'elle n'aurait même pas osé imaginer approcher, l'eusse-t-elle connue du temps de Durmstrang, elle allait bientôt danser dans un lieu de grâce, de magie et de luxe qui n'avait rien à envier aux universités les plus prestigieuses, le tout au bras du plus séduisant des cavaliers qu'il fusse possible d'avoir. Et c'était elle, parmi toutes les filles de l'université, parmi même ses prétendantes qu'il aurait pu vouloir ramener de Californie ou de Salem pour les fêtes, c'était elle que Russell avait invitée.

Si Bernioff avait posé la question aux étoiles, celles-ci lui auraient probablement répondu que l'univers avait prévu le plus merveilleux des plans pour Marlene.
Et nul doute que le bel américain occuperait une place de choix dans celui-ci.

Le contact de sa main dans son dos ne la surprit pas. Au contraire, cela lui sembla si naturel, si agréable, si attendu, qu'elle tourna discrètement la tête vers le nouveau venu, un sourire timide étirant ses lèvres. Elle en oublia momentanément jusqu'à la présence de Cassie et de Liam, toute subjuguée qu'elle était par son beau cavalier, et légèrement étourdie. (A moins que cela ne vienne des quelques gorgées de vin blanc pétillant qu'elle venait de boire ? Nous ne le saurons sans doute jamais.) Le clin d’œil complice du jeune homme eut pour effet immédiat de lui faire ressentir une chaleur grandissante dans tout le corps. Mais une fois encore, difficile de dire si ce n'était pas dû en partie à la boisson.

Toute enivrée, elle tourna de nouveau son visage aux joues rosies vers sa camarade de Nihm.


"Oh eh bien, je ne voudrais pas vous retenir plus longtemps, ton cavalier et toi ! On se recroisera sûrement tout à l'heure... amusez-vous bien !"


A peine avait-elle prononcé ses mots qu'elle attrapait la main de Russell et fendait la foule d'un pas gai jusqu'à un endroit plus dégagé au centre de la piste de danse, éclairée par les éclats de lueurs multicolores des Seelies qui voletaient au dessus de la foule.

"Jolie cravate," lança-t-elle d'un ton malicieux et les yeux pétillants, lui tapotant doucement le torse, avant de s'éloigner du blondinet d'un pas ou deux.

Gracieusement, elle attrapa un pan de sa robe et fit un tour sur elle-même, se donnant en spectacle au jeune homme qui, elle en était sûre, ne pouvait qu'être ébloui par sa beauté et lui chanter ses louanges.

En riant pour aucune raison, elle trempa ses lèvres une nouvelle fois dans sa coupe. La boisson diffusait une drôle de sensation dans son corps, une sensation à laquelle elle n'était pas habituée parce qu'elle ne buvait simplement jamais, mais qui se révélait bien plus agréable qu'elle ne l'avait imaginé durant toutes ces années. Elle ne s'était jamais sentie aussi guillerette, désinhibée et en confiance. Elle ne se souvenait pas quand, pour la dernière fois, elle avait souri autant sans que cela ne fût feint. Mais peut-être, après tout, peut-être que tout cela n'était pas dû uniquement à la boisson. Peut-être qu'elle le devait aussi en partie -principalement ?- au fait d'avoir Russell tout à elle en ce merveilleux soir de Noël.

© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Elwood
Ceart
avatar
PROFIL Gémeaux

Messages : 75
Réputation : 23
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Américaine

Aspiration : Difficile à dire pour l'instant

Fiche : Par ici!

RP en cours : Voodoo Child
Tempest


RP Terminés : Bal de Noel
Entombed -Abandonné suite à mon retour
Seuls ensemble -Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 4e année Maestria
Baguette Magique: 27,5 centimètres, bois de vigne, centre de cheveu de tête réduite

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mer 15 Jan - 1:26

Elle n’avait jamais sondé l’esprit de son cavalier. Trop de respect. Elle le considérait comme son égal, comme une personne à part entière qui lui était complémentaire et semblable à la fois. Elle le considérait comme quelqu’un de digne, d’important, de fort, de fascinant. Elle le trouvait terriblement beau, terriblement intéressant, terriblement intelligent. Bref, pas question qu’elle le soumette au même traitement qu’elle réservait aux autres personnes de son entourage. Depuis qu’ils avaient commencé à se voir plus régulièrement, elle s’était fait un plaisir d’apprendre à le connaître petit à petit, naturellement, comme les gens normaux apprenaient à se connaître. À la seule différence que si elle le voulait, elle pouvait lire dans son esprit et qu’il lui arrivait à lui, à chaque pleine lune, de se transformer en loup pour le temps d’une nuit. Il leur avait fallu à tous deux une période d’adaptation, mais au final, tout fonctionnait très bien entre eux. Bon, ils n’allaient pas dire qu’ils étaient en couple, parce qu’ils ne l’étaient pas. Mais ils ne se gênaient plus pour se donner de l’affection en public – à petites doses, bien entendu, les deux étant fervents de discrétion – et ils passaient quelques soirs par semaine ensemble. Qu’ils s’accompagnent silencieusement en tant que partenaires d’études ou qu’ils discutent tranquillement dans le lit de Loïc, enlacés, avec une bouteille de whisky pas bien loin.

Toujours était-il qu’elle n’avait pas eu besoin de lire dans son esprit pour sentir le beau blond se crisper sous le son plus aigu des deux flutes de cristal tinter l’une contre l’autre. Elle aurait dû y penser. Et pour l’une des rares fois de sa vie, la jeune femme ressenti une petite vague de remords la prendre au ventre. Après tout, elle le savait bien. Elle faisait toujours attention de parler plus bas lorsqu’elle était avec lui et  c’était totalement devenu une seconde nature. Mais cette fois, ça lui avait échappé. Peut-être était-ce l’ambiance, le son généralement plus élevé autour d’eux, ça lui était sorti de la tête.  La belle eut à peine le temps de se mordre la lèvre de regret que son partenaire, lui, passait déjà à autre chose. Le regard de miel de l’Américaine se fixa avec curiosité sur la petite boîte que l’Anglais sortait de sa poche. Jusqu’à l’oublier lorsqu’elle sentit le souffle chaud de celui-ci sur la peau de sa joue et de son cou. Merlin qu’il lui faisait un effet fou, cet homme. Mais elle retrouva soudainement la mémoire en sentant le velours au bout de ses doigts. Une boîte à bijou? Surprise, la belle leva les yeux vers lui pour le regarder, l’air à la fois intrigué et excité. Qu’est-ce que ça pouvait bien être? Elle ne dit rien, ses sourcils tout légèrement froncés parlant d’eux-mêmes. La demoiselle laissa ses doigts effleurer l’écrin quelques instants encore avant qu’elle ne l’ouvre.

Il était absolument magnifique. Un collier d’argent serti d’un magnifique pendentif d’ambre en forme de larme inversée(Image ici). Naturellement, la main libre et tout légèrement tremblante de l’Américaine vint se placer devant sa bouche alors que ses yeux observaient attentivement le bijou. La lumière qui frappait la pierre parfaitement taillée comme pour l’enflammer, l’argent qui scintillait avec autant d’ardeur. Elle resta sans mot un instant, ses doigts glissant sur ses lèvres alors qu’une montée de larme s’empara de ses yeux pour un moment.


« Loïc… » , souffla-t-elle doucement avant de lever ses yeux brillants vers lui, un sourire ému et sincère éclairant son visage en entier.

Un petit rire heureux franchit ses lèvres alors que, dans un élan qui lui était inconnu et tout à fait spontané, Evelynn vint s’accrocher au cou du jeune homme de ses deux bras, en faisant tout de même bien attention à la boîte ouverte qu’elle tenait toujours dans sa main. Elle se serra contre lui et sans prendre le temps de lui demander son avis, sans se soucier du regard des autres, elle vint poser ses lèvres contre les siennes pour le remercier d’un baiser immensément tendre et affectueux. Un baiser qui lui disait ce qu’elle ne dirait probablement jamais. À peine leurs lèvres furent-elles séparées que la demoiselle venait enfouir son visage dans le creux du cou du lycan, toujours pressée contre lui. Quelques secondes de plus et elle levait les yeux vers lui, souriante et radieuse. Elle emmena le bijou près de lui et dit doucement, le ton calme mais comblé:


« Tu veux me le mettre? J’ai envie que tout le monde le voit. »


On se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres, un peu naïvement
Et on marche ensemble d’un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter.

Il m’aime encore
Et moi je t’aime un peu plus fort.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Russell Taylor
Intégration
avatar
PROFIL Gémeaux

Messages : 38
Réputation : 17
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Américain

Aspiration : Joueur de Quidditch professionnel

Fiche : Surfer boy

RP en cours : .

RP Terminés : Bal de Noel
'Cause a pretty face like yours is just too much for me to forget - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 20
Niveau: Cognita
Baguette Magique: 30,3 cm, Bois d'Épicéa, Nerf de coeur de dragon

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Jeu 23 Jan - 18:07

Il adorait sentir le regard de la belle Danoise sur lui. Un regard légèrement admiratif, pétillant de joie et d’envie refoulée, brillant comme des étoiles. Ça n’était pas une surprise que le blond aimait être admiré, c’était quelque chose de relativement bien connu. Après tout, il ne se gênait pas pour se promener torse nu en public, pour parler bien fort lorsqu’il se promenait dans les couloirs, pour faire des prouesses dangereuses et impressionnantes quand il était sur son balai. C’était dans sa nature, il aimait se montrer en spectacle et il aimait que les gens le regardent. Parce qu’en plus, il avait cette vague impression que les gens aimaient aussi le regarder.  Pas que parce qu’il était beau – ça, c’était un fait accompli. A well-known fact. – mais parce qu’il savait comment se donner en spectacle de façon efficace. Peut-être que c’était le fait d’avoir vécu en Californie, d’avoir vu tant de films, d’avoir toujours été comme une petite star. Il avait le sens du charme et de l’humour, la capacité à attirer l’attention, d’un compliment flatteur ou d’un clin d’œil, et surtout la capacité à garder cette attention centrée sur lui. N’importe qui le connaissant un tant soit peu aurait pu dire la même chose à son sujet, il ne s’en cachait pas.

Mais ce soir, il ne cherchait qu’un regard, et c’était celui de la jeune femme au sourire craquant qui se trouvait juste devant lui. Et lui ne pouvait pas poser les yeux ailleurs que sur elle. Il était captivé, c’était bien simple. Mais malgré tout, cela avait quelque chose d’exceptionnel. Il n’en avait tout simplement pas l’habitude. Ça lui était totalement étranger, cette envie persistante d’une seule personne et ce désintérêt catégorique pour toute autre personne n’étant pas la jolie Marlene. La belle Marlene. La seule Marlene.  Il n’avait jeté qu’un coup d’œil à Cassiopée et à Oldford avant de reporter son attention sur sa cavalière de la soirée. Et depuis, il n’avait rien fait d’autre sauf la regarder. Parfois du coin de l’œil, pour ne pas avoir l’air d’un genre de gros pervers, parfois plus directement. C’est donc sans surprise qu’il était particulièrement heureux lorsque Nihm décida de leur épargner ce moment malaisant en saluant ses amis. Pas qu’il voulait passer toute la soirée seul avec elle, non, il avait bien l’intention de socialiser lorsque le moment serait opportun, mais pour l’instant, il voulait voir Marlene, il voulait l’avoir juste pour lui.

L’Américain n’offrit aucune résistance lorsque la blonde lui prit la main et l’entraîna un peu plus au centre de la piste de danse. C’était magnifique, avec ces lumières et cette ambiance à la fois chaleureuse et prestigieuse malgré le froid qui s’installait à l’extérieur. Bon, ça n’était pas sa douce et chaude Cali, mais ça ferait l’affaire, quand même. Surtout qu’ici, il avait sa jolie Danoise pour lui réchauffer le cœur un peu. Beaucoup. À la folie. En fait, ça ressemblait drôlement à un film. Les deux  beaux jeunes gens sur une piste de danse lors d’un bal, le plafond illuminé de centaines de lumières, la musique en fond, présente mais toujours douce, les regards qui se collaient à eux de temps en temps. Et comment se termine une scène comme ça, dans un film? Par la promesse muette d’un baiser. L’envie ne lui manquait pas, c’était bien certain. Elle était belle à croquer comme ça, les joues rosies de plaisir et d’alcool, le sourire sincère et facile, la silhouette fine caressée par sa robe qu’elle s’amusait à faire tourner. Mais comme tout bon cavalier, il se devait de suivre un certain ordre dans le déroulement des choses. Le baiser ne venait jamais avant la danse. Et quelque chose lui disait qu’il lui faudrait encore apprivoiser sa belle amie avant qu’elle ne cède à ses lèvres pour la première fois. Mais ça lui faisait tout le plaisir du monde d’attendre, si c’était pour elle.

Le jeune homme osa quand même un rapprochement, passant doucement son avant-bras au creux du dos de Marlene. Son autre main vient se poser sur son bras, chuta délicatement le long de celui-ci jusqu’à ce que ses doigts puissent capturer ceux de sa cavalière. Dans un geste fluide, il éleva la main de la belle, la porta à ses lèvres et y posa un baiser infiniment tendre avant de souffler près de son oreille, le ton chaud :  


« M’accorderez-vous cette danse, miss Johansen? »

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Ven 24 Jan - 16:49

 

 
“Merry Christmas sweetie”

Ethan repensait encore aux moqueries de ses sœurs. Peut-être n'était-il pas le genre de garçon à être bon pour une fille, autant parce qu'il avait peur de ce qu'il était et qu'il ne pouvait se résoudre à faire de mal à une créature vivante. Autant il voulait se rapprocher d'Alexis, autant il était effrayé de la souffrance qu'il pouvait causer chez elle. Accepterait-elle son don ? L'accepterait-elle ou la rejetterait-elle comme la fille qu'il avait cru aimer à la folie ? Il ne le savait pas et il s'en mordait les doigts. Une partie de lui voulait fuir, détaler de la salle de balle la queue entre les jambes, l'autre facette de lui-même lui criait d'avoir confiance et de laisser un peu aller le doux petit être qu'il était, de laisser pour un temps tomber la barrière. Sauf qu'il ne pouvait s'empêcher de prendre ses précautions malgré tout. Des fioles dans la poche de sa veste pour prévoir une éventuelle crise. Oui, à peu de choses près que lorsqu'il fouilla cette même veste en se rendant compte du monde qui débarquait sous le chapiteau, il ne trouva pas de fioles. Et là ce fut la grosse panique. Retourner au village lui prendrait trop de temps, et au sein de l'établissement, ils n'avaient pas ces fioles toutes particulières. Le grand brun fut parcouru d'une énorme sueur froide sur toute l'échine. Sauf qu'au moment où il décida de se retourner vers l'entrée pour partir à grandes enjambées, Alexis se tenait devant lui. L'angoisse mêlée à la passion, ce cocktail le laissa coi.

Son cœur aurait pu lui sortir de la poitrine pour hurler son amour. Un vrai coup de foudre, une flèche en plein organe ! Elle était tout simplement magnifique, sublime même, que ces yeux se mirent à briller d'eux-mêmes et qu'il oublia pour un temps son abominable torture. « Par Merlin, ce que tu es... divine ! » Et que Merlin l'en préserve, il aurait pu l'embrasser devant la foule et laisser éclater cette voix en lui qui mourrait de dire tout ce qu'il pensait ! Mais Ethan était un garçon raisonnable et il ne savait pas si c'étaient tous ces couples autour de lui qui lui inspiraient tant d'audace, ou si simplement il voulait enfin se donner une nouvelle chance d'aimer et d'avoir quelqu'un avec qui passer des moments tendres et intimes. Certes il faisait tout pour être calme, mais il aurait tant aimé la prendre dans ses bras en faisant fi de tout ce qui lui traversait l'esprit ! Des bribes de mensonges, de désir, de pulsions... sexuelles, qui lui venaient des autres. Un vrai cauchemar.

Aussi quand elle lui demanda s'il allait bien, Ethan se força à sourire pour ne pas lui paraître rude. Après tout elle n'y était pour rien et il était ravi qu'elle ne l'ait pas oublié. « Non je t'assure, tout va bien ! Je ne suis juste pas très à l'aise avec autant de monde autour de moi, j'ai pris l'habitude de vivre dans ma bulle... Heum... Tu veux à boire ? Ou peut-être danser ? » dit-il comme pour se détendre et même se justifier. Sauf que même une danse ne le sauverait pas. Et pour l'alcool, c'était simplement hors de question, car il perdrait toutes ses chances de défense face à lui-même... Il avait subi les méfaits de la boisson plusieurs fois et ne s'y laisserait plus tenter de si tôt. Oui, rien ne le sauverait, car plus de monde arrivait encore, plus d'émotions donc, et la panique ne s'en fit que plus grande. Il roula des yeux à la recherche d'une porte de sortie, d'une échappatoire, il avait besoin d'un grand bol d'air. Sauf qu'il ne voulait pas gâcher la soirée d'Alexis, alors il prit sur lui comme jamais il ne l'avait fait auparavant. « Tu... Tu vas t'asseoir quelque part et je te ramène un verre ? Promis je ne disparais pas. » Puis il disparut bien vite vers les boissons.

Il s'en voulut de suite de la laisser là au milieu de la salle, mais lui fit un petit signe rassurant de loin. Cependant, quand il fut hors de vue, il s'appuya sur la table, pris de nausée. Si seulement il avait pris son médicament avant, au risque qu'il ne fasse plus effet ensuite ! Il aurait pu passer un bon début de soirée jusqu'à un stade relativement avancé ! Quelle sottise de s'être cru aussi résistant ! Le pauvre brun sentit la crise poindre autant que les voix et la musique s'élevaient dans la salle. Détalant comme un chiot apeuré, il sortit du chapiteau pour s'écrouler à genoux dans la neige et rendre son déjeuner un peu plus loin derrière un arbre. Pris de colère et s'en voulant à lui-même, il rampa un peu plus loin encore et se plongea la tête entière dans la neige fraîche qui, sous ses larmes chaudes, fondait à petits feux.

Codage fait par .Jenaa
Revenir en haut Aller en bas
Liam Oldford
Sinsear
avatar
PROFILMessages : 141
Réputation : 24
Fiche : The cracmol is in the place

RP en cours : + Ne t'y placarde pas!
+ Quand les Callanish s'en mêlent
+ Terreur!



RPG
Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: Poirier, le cœur contenant un crin de licorne, Vingt-sept virgule cinq centimètres, Solide

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Dim 26 Jan - 16:42

It's a new day, it's a new Liam.
Noël Noël
Tout le monde était évidemment resplendissant et Liam, malgré les gentils compliments de sa charmante cavalière, avait l'impression de ne pas faire le poids face à tout le monde (et particulièrement à Cassiopée qui aurait, à ses yeux, bien plus brillé au bras d'un cavalier tel que Russell, ou encore Loïc?) Que faisait-il donc là déjà? Honorer une promesse... ou simplement faire honte à l'une des plus charmante sorcière de l'université? Il n'en était plus trop certain alors qu'il écoutait d'un oreille qui se voulait des plus attentives ce que la Nihm lui disait.

«Tu savais que c'était mes fleurs préférées?»

Non... non il ne ne savait pas et n'en avait pas eu la moindre idée jusqu'à ce qu'elle le lui dise. Il avait simplement suivit à la lettre les directives des maîtres Oldford et voilà : Il n'avait donc absolument aucun mérite, mais malgré tout un sourire s'étira sur ses lèvres. Au fond, Liam était franchement heureuse que la jeune femme ait apprécié la petite attention des fleurs, même si l'idée ne venait pas de lui le résultat était des plus concluant.

Le jeune cracmol hocha donc gentiment la tête :

«J-je... je suis drôlement b-b-bien tombé alors!» lança-t'il d'un ton qu'il voulait détendu et blagueur, comme il avait si souvent vu son frère faire.

Malheureusement, il était évident que sa tactique n'avait pas eu l'effet escompté. Son sourire mi-amusé, mi-cool n'était visiblement ni-amusant, ni-cool, malgré toute la volonté qu'il avait mit dedans. Non, il était plutôt étampé sur son visage, comme si on l'avait découpé dans une revue de mode pour le lui installer à la place de sa bouche.

Pourtant l'intention avait été là, plus grande que jamais!

Un sourire vacillant, s'éteignant lentement sur son visage, Liam restait donc là, muet et près de sa cavalière, les mains moites et cherchant désespérément un moyen de repartir la conversation sans avoir l'air d'un parfait abruti... jusqu'à ce que Cassiopée lui sauve la mise... une fois de plus :

« Je crois que je n'ai pas dansé à un bal depuis Poudlard...»

Ah... il avait dit le sauver? OU PAS....

Elle voulait danser, dans un bal. Oui certes, il n'y avait rien de plus logique lorsqu'on y pensait plus d'un millième de seconde. Après tout, autours d'eux, le monde commençait lentement à rejoindre la piste de danse et s'agiter au rythme de la musique. Au loin, Liam pouvait voir le grand Gainsbury, cheveux frisé dans tous les sens, lâcher son fou sur la piste de manière de plus.... des plus... enfin, il fallait le voir pour le croire. Autours de lui, le jeune cracmol avait l'impression que tout le monde était près, d'une seconde à l'autre, à inviter leur cavalière pour danser. Ce qui lui donna étrangement le courage de faire de même de son côté. Après tout... il ne pouvait définitivement pas être pire danseur qu'Harold!

Bien droit derrière Cassiopée, il attendait donc poliment que la jeune femme termine de discuter avec Johanson, une jeune femme intimidante – comme beaucoup d'autre – aux yeux de Liam, auquel le Néo-Zélandais n'avait jamais adressé la parole. Une fois que la rouquine eu tourner dos à la Nihm, Liam n'eut d'autre choix que de prendre son courage à deux mains.

Il essuya ses paumes sur son costume, conscient qu'avoir les mains moites était peu attirant, fit quelques pas pour se planter, plus droit que jamais, devant la brunette pour lui tendre la main en prenant une longue inspiration. Il savait danser, comme tous les sang-pur de Nouvelle-Zélande c'était l'étiquette, classique, de savoir accompagner une jeune femme sur une piste de danse pour lui faire honneur.

Étrangement, même s'il mourrait d'envie de fuir à toute jambe, même s'il ne comprenait pas pourquoi il mettait tant d'effort à plaire à la belle Goldstein, il savait qu'il ne lui ferait jamais honte en dansant...

Son cœur battant la chamade, les joues rouges, il ne paraissait absolument pas apte à dire le moindre mot... ou encore à faire le moindre pas de danse. Pourtant, il se surprit lui-même, et sûrement tout le monde autours, main toujours gentiment tendu devant la Nihm, prête à recevoir sa main :

« Sou....souhaiterais-tu t...t-te joindre à moi p-... pour cette danse?»
Code by Silver Lungs

_________________
après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on n'a pas eu le temps de vivre. peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses.
Follow your sunshine...
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Jeu 13 Mar - 19:38

Ses doutes et craintes lui semblèrent être superflus lorsque le beau Gallois se retourna vers elle et qu’elle vit les expressions dans son regard. Il était parfait, autant physiquement que dans sa personnalité et son caractère. Et cette façon qu’il avait de la regarder… Elle s’en mordit la lèvre du bas, le rose montant légèrement à ses joues et les petites roues dans sa tête se mettant à tourner. Elle le laissa mener un peu la danse, reculant d’un bas pour le laisser observer sa robe, sa coiffure et tout ce qu’il voulait bien observer, en fait. Ses paroles la gênèrent, mais seulement suffisamment pour lui faire baisser le regard vers ses souliers pour quelques secondes. Elle savait bien qu’elle était jolie, mais que lui le dise, c’était mille fois mieux.

« Je te dirais que tu devrais porter un complet en tout temps, mais en réalité, j’aurais trop peur qu’une autre fille te vole à moi. » répondit-elle, en relevant les yeux vers lui.

L’Irlandaise s’était rapprochée de lui, mais avait laissé assez d’espace entre eux pour qu’il fouille dans la poche intérieure de son veston.  Elle en profita pour le regarder, pour s’imprégner de la vision du grand jeune homme en d’aussi beaux vêtements, de ses jolies boucles plus en ordre qu’à l’ordinaire et de l’expression moins calme que d’habitude qui ornait son visage. Il était fébrile, un peu nerveux, mais aussi heureux, elle le voyait bien à ce moment-ci. Elle-même était nerveuse, autant parce qu’elle était ici avec lui, dans un contexte si formel, que parce que la dernière fois qu’elle était allée à un bal remontait à lorsqu’elle était avec Jay. Elle savait bien qu’ici, c’était différent et pourtant, une petite pensée alla à ce temps-là. Heureusement, en sentant qu’il glissait un corsetage autour de son poignet, elle n’y repensa plus. C’était magnifique, de la couleur parfaite, à l’arrangement délicat. Avec un sourire admiratif, heureux et satisfait, elle se pressa à lui et ne le fit pas attendre pour se hisser sur la pointe de ses jolies sandales et lui offrir ses lèvres. Un baiser chaud, tendre et d’une durée satisfaisante, considérant qu’ils se trouvaient tout de même dans un lieu public.

Sans s’éloigner de lui, sans le quitter des yeux, elle écouta ses propositions et bien qu’une en particulier était plus qu’alléchante, elle se donna la peine d’y réfléchir un peu. Vraiment, elle avait toujours tenté de se contrôler le plus possible dans de grands évènements et de ne pas engloutir la table au complet, chaises et nappe incluses, surtout par peur de mal paraître. Après tout, elle avait une image, les gens devaient l’aimer, la trouver belle et classe et tout cela. Toutefois, avec Ian, c’était différent. C’était indéniable que leur plus grand point en commun était qu’ils mangeaient comme des adolescents en pleine crise de puberté, si pas plus. Sans trop le faire attendre, elle releva enfin les yeux vers son cavalier, pour lui dire dans un petit sourire coquin :

« Je suis convaincue que tu veux exactement la même chose que moi. C’est pas la peine de faire semblant qu’en ce moment, t’es pas en train de penser à des sandwiches et des gâteaux. J’vous connais, M’sieur Bale. »

Elle termina avec un petit sourire, puis après avoir enlacé son bras du sien, elle l’attira vers l’intérieur, à la recherche d’un buffet. Quelques visages familiers attirèrent son attention, incluant son frère et sa copine, Marlene et le beau Russell, puis d’autres aussi, mais vraiment, elle n’avait pas tellement envie de détourner le regard de Ian pour trop longtemps. Avec un soupir de satisfaction, elle se colla un peu plus à lui, avant de s’étirer pour poser un petit baiser contre sa mâchoire, sans cesser de se déplacer vers la salle où devait se trouver le buffet. Il la faisait sentir si bien.

Tout était si beau. La décoration, les gens, son cavalier, sa propre robe… Elle se sentait comme dans un conte de fée, un conte dans lequel elle était une princesse et Ian était son prince charmant. Ils passeraient la soirée à manger, à boire et à danser, puis lorsque tout deux n’en pourraient plus, ils partiraient et termineraient la soirée chez elle. Et ils termineraient la soirée en adulte. Parce qu’elle voulait tout et qu’ils avaient suffisamment attendu. Cette pensée fut remplacée par celle des gâteaux en voyant enfin le buffet. L’immense buffet. Le paradis.

Si elle pouvait éviter de se baver dessus, ça serait super.

Avec un peu plus de hâte, elle attira Ian vers les tables recouvertes d’entrées diverses, de petits fours, de pâtisseries, de verres d’alcool et encore et encore. Par Merlin, elle voulait tout manger.

« Regarde tout c’qu’il y a! C’est comme s’ils savaient qu’on allait se pointer. J’suis si heureuse en ce moment. » dit-elle à l’intention du jeune homme, quoique ses yeux étaient plutôt posés sur une montagne de petits fromages.

La fête pouvait débuter pour vrai. 
Revenir en haut Aller en bas
Loïc Portlock
Monaraith préfet
avatar
PROFIL Bélier

Messages : 160
Réputation : 19
Date de naissance : 12/04/1956
Nationalité : Anglaise

Aspiration : Créer un remède contre la lycanthropie & Travailler au département des mystères de Londres

Fiche : + Common sense is not so common

RP en cours : + L'appart du 2e
+ Contre toute attente rien de surprenant
+ Seuls ensemble



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mar 18 Mar - 23:09

    « Loïc… »

    Ses mots résonnaient dans sa tête.  En mal, non, certainement en bien.  C'était étrange à quel point lorsqu'elle prononçait les quelques syllabes de son nom le jeune homme se sentait soudainement sur le qui-vive.  Il fallait l'avouer, autant à lui même qu'à tout le monde qui lui poserait la question : personne ne l'avait autant fasciné que la belle américaine.

    Enfin, c'était faux.  Une jeune femme l'avait fasciné avant elle et depuis, il avait eu la chance immense de devenir un putain de lycanthrope.  Du coup, son instinct, parfois, il avait envie de le foutre au poubelle.  

    Mais Avec Evelynn c'était tout de même différent, du moins pour l'instant.  La jeune femme ne s'entêtait pas à participer à ses pleines lunes au périple de sa vie, elle le laissait être sans en faire de drame... ce qui était mine de rien la force d'Elerina... le drame, le côté piquant de leur relation.  Avec la l'américaine, pas besoin d'un tel piquant, l'un suffisait à l'autre. Le monaraith eu même un instant de folie à croire qu'il avait peut-être trouvé la bonne.... celle qui le comprenait, qui lui laissait la possibilité d'être qui il était, un studieux acharné prêt à n'avoir aucune vie avant d'atteindre son but, car au fond, elle était aussi un peu comme lui.  Elle avait des passes-temps, des secrets et c'était parfait ainsi.

    Devant lui, la jeune femme réagit finalement, éclatant d'un rire le faisant frissonner.  Un sourire prit doucement place sur son visage alors que la jeune femme enroulait ses bras autours de son cou, lui donnant envie de la serrer un peu plus contre lui, venant poser ses lèvres contre les siennes.

    Depuis quand était-il devenu aussi sentimental?

    Sa main glissa doucement contre le tissus soyeux de la robe de sa cavalière pour venir s'installer chastement au creux de ses reins, dégageant un chaleur douce et réconfortante alors que leurs lèvres partageaient un espace restreint tout à fait approprié.

    Evelynn se dégagea, à la déception de Loïc pour venir planter son regard si parfait dans le sien, les yeux pétillants de ce qu'il avait cru déceler être du bonheur.  Elle lui tendit l'écrin :

    « Tu veux me le mettre? J’ai envie que tout le monde le voit. »

    Il hocha la tête, attrapant doucement le pendentif laborieusement choisi avec une certaine satisfaction :

    «J'espère sincèrement que tu l'aimes autant que tu le prétend» souffla-t'il doucement.

    Non pas qu'il ne croyait pas en elle, mais il voulait tellement la rendre heureuse... - merlin quel étrange homme était-il devenu... si conscient des gens qui l'entourait.

    Ignorant tous autours de lui, il glissa sa main contre la tempe de l'américaine :

    « Les autres ne te font pas honneur ce soir Evelynn... tu es resplandissante.»

    Il sourit avant de rire doucement :

    «Je ne sais pas ce qu'il me prend ce soir, peut-être est-ce le champagne dont je n'ai pas l'habitude, mais je me sens comme ces garçons simplets dont la seule chose qui les rend heureux est la présence d'une magnifique femme à leur côté, sauf qu'évidement, toi, tu es bien plus.»

    Il se tue, se sentant étrangement particulièrement stupide de dire une telle chose.  Au fond de lui, sa petite voix criait à Evelynn d'oublier ce qu'il venait de dire... mais il était trop tard.

    «Enfin....»

    Il lui tendit la main, faisant la révérance, bien droit, fixant maintenant les chaussure de la jeune femme :

    «Est-ce que la plus belle sorcière de la soirée serait prête à m'accorder une danse pour éblouir le reste du chapiteau?»


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonor Greengrass
Monaraith
avatar
PROFIL Balance

Messages : 84
Réputation : 34
Date de naissance : 09/10/1959
Nationalité : Anglaise

Aspiration : Devenir reine d'Angleterre

Fiche : + Greengrass, the perection

RP en cours : + Tour de garde et Réunion de famille



RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Dim 23 Mar - 15:39


   
Moment of Glory

   

Ils étaient tous prêt, mais elle, au fond d'elle, se sentait plus que jamais.

Cette rage de justice, cet envie de pouvoir, le sentiment enivrant qu'elle faisait ce qu'elle devait faire pour avancer sur le bon chemin, pour sauver la population sorcière de la plaie qui les suivait depuis des millénaire. Ce merveilleux sentiment de faire honneur à sa famille, de faire honneur à Voldemort, cette homme si grand et si charismatique... un des seul homme qu'elle acceptait comme «maître» et sûrement le seul qui avait monter assez haut dans son estime pour qu'elle veuille le suivre.

Sa famille avait énormément participé à cette attaque... ils en étaient d'ailleurs le principale commandite.  Le chapiteau prêté par le grand Joshua Greengrass pour l'occasion...  Il était certain qu'ils se mettaient tous en danger dans cette aventure, mais elle et sa famille en particulier.  Il était évidement que lorsque les autorités aurait eu vent de leur attaque, sa famille serait sans aucun doute dans leur mire.  

Quelque jour plus tôt, son père lui avait envoyé une note, lui expliquant de ne pas s'en faire, qu'un plan avait été mis en marche et qu'elle devait rester ignorante de celui-ci.  Embêtant, elle qui aimait tout savoir, d'être exclu ainsi, mais elle avait réussi à se raisonner, c'était pour le plus grand des biens au final, un monde pur, et maintenant, elle avait une mission à accomplir.

Dans le silence de la nuit, la grande horloge sonna.... une fois, deux fois... c'était leur signale alors que le cloché laissait retentir les douze coups de minuits annonçant l'heure des cadeaux, des baisés, des rires et des sourires.  Au même moment, Eleonor pénétrait, suivit d'Alice, d'Adelina, une flamme gigotant entre ses mains, de Valdès et d'une bande de subalterne un peu étrange, dans les couloirs complètement désert de l'université, traversant au rythme de ses pas, au rythme des battements de son cœur, l'adrénaline emplissant à une vitesse hallucinante ses veines.  

En moins de temps qu'il ne le fallait pour dire doloris, ils étaient tous installés autours du chapiteau, alors que l’écho des rires et des festivités parvenait jusqu'à eux.

Les yeux brillants derrière son masque argenté, ses mains gantées autours de sa baguette, Eleonor attendait, alors que du coin de l’œil elle voyait un garçon vomissant quitter vers le château, suivit de prêt par une blondinette, tout deux ignorant de leur présence. Très bien, tant mieux pour eux s'ils n'étaient pas là, leur tours serait proche de toute manière.

Aligné les un à côté des autres dans un silence inquiétant, leurs capes battant sous le vent glacial de l'île, la Monaraith tourna la tête et donna le signal à Valdès, qui sans attendre pénétra dans le chapiteau suivant d'un des mangemort dont même Eleonor ne connaissait l’identité, mais qui était certainement d'un des sorciers les plus morbides que la jeune femme ait eu la malchance de rencontrer dans sa vie.  Celui-ci ne cessait de rire d'un ton glacial, chantant d'une manière surexcité tout à fait déplacé :

« Joyeux Noël, ahahhaa, Noyeux Joël, ahahahahh!»

Derrière son masque elle roula des yeux, entrant à son tours dans le chapiteau.

Premier sorcier en vu, elle lança un experiamus retentissant alors qu'elle s'emparait de la baguette du jeune sorcier bégayant de manière si aisé que s'en était ennuyant.  La mangemort rangea précieusement Némésis dans son étui – pas question de brûler sa couverture à cause de sa baguette particulièrement distinctive – empoignant fermement sa nouvelle petite conquise.

Jetant un regard autours d'elle, espérant que tout se passe pour le mieux, la Greengrass fit signe à Alice de clore le chapiteau.  Il était temps que la phase deux du plan commence.

Aucune sortie pour la racaille des sorciers.

► Il était déjà 12h03....
   
(c) AMIANTE


_________________
Ma rue bouge et court, je subis la ville et la nuit je n'arrive pas à dormir,mais je souris : tout pour bien paraître. Dans la roue, dans le trou sous le gris du ciel et le cri des crécelles, de tant de frein, tant de fous : Je n'voudrais plus y être... Fou, je n'voudrais plus l'être.
► J'interchangerai les couleurs et déplacerai les étés pour dilater mes humeurs et mieux respirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mar 25 Mar - 2:20

Have a merry Christmas!
And die.

Tout était parfait. Tout était prêt.

Cette fébrilité, cette exaltation. Elle se sentait haleter, même si elle n’avait rien fait de physiquement demandant. Ses doigts tremblaient et dans sa poitrine, son cœur battait si fort qu’elle était certaine de l’entendre. Elle avait envie de pleurer et rire en même temps, de joie, de bonheur. Enfin, c’était l’heure.

La marche vers le chapiteau fut rapide, mais elle aurait préféré qu’elle le soit encore plus. Ça ne pouvait plus tarder, elle voulait y être et finalement exécuter la justice du Maître. Ses parents seraient si fiers d’elle, ses frères et sa sœur aussi. Rien ne la rendait plus heureuse que de savoir que tout le monde était fier d’elle.

Le vent qui sifflait et faisait voler les capes ajoutait un air sinistre à leur apparence. Les masques argentés, les robes noires, l’éclairage provenant du chapiteau… Elle se doutait qu’ils donneraient la frousse à n’importe qui les apercevant avant le temps. Tant mieux, ils étaient là pour ça. Pour la justice et terroriser la population trop calme d’une université hébergeant des traîtres et gens ne méritant pas de vivre. À cette idée, la mangemort sourit sous son masque.

Sous son masque, sous la capuche lourde noire, elle était coiffée et maquillée comme s’il s’agissait de l’évènement le plus important de sa vie. Personne ne le verrait, outre les demoiselles avec qui elle partageait le dortoir, mais ça ne dérangeait pas. La jeune femme voulait être parfaite sous toutes ses facettes pour l’évènement. À l’inverse de celle qui dansaient et serraient leur beau contre elle, en jolies robes et bijoux brillants, elle se savait parfaite ainsi. Sous sa robe de mangemort et son masque.

Lorsque la bande de mangemorts se trouva toute autour du chapiteau, prête à passer à l’action, elle du prendre une grande respiration, pour calmer la fébrilité qui aurait pu la faire agir avec trop d’enthousiasme. C’est bon Alice, tout en son temps. Chacun avait un rôle et elle n’allait pas laisser sa hâte gâcher le sien. Ses yeux noisette suivirent Valdès lorsqu’il entra dans le chapiteau et elle se força à ignorer celui qui le suivait, simplement parce qu’il lui donnait des frissons. Il était dérangeant, si dérangé.

Elle suivit Eleonor et en l’apercevant s’emparer de la baguette d’un étudiant qui ne semblait pas trop comprendre ce qui se passait, elle vit le dilemme qui se trouvait devant elle. Devait-elle risquer que quelqu’un voit sa baguette et la reconnaisse…? Après tout, elle était si jolie et elle attirait tant le regard. Son regard, du moins. Non, elle ne pouvait pas risquer. Son regard croisa celui d’Eleonor et elle comprit aussitôt qu’il était temps de fermer le chapiteau. Tout le monde était là et personne ne pourrait sortir. C’était magnifique.

Sa baguette à la main, la Londonienne ne pu qu’imiter sa consœur et s’emparer de celle d’un étudiant, avant de ranger la sienne. Un étudiant qui avait trop consommé de punch, d’après ce qu’elle pouvait voir. Une fois la nouvelle baguette à la main, la nouvelle baguette qui n’allait certainement pas aussi bien que la sienne dans sa main, Alice se retourna vers l’entrée du chapiteau et ne put que sourire. Un mouvement, un sort informulé et l’entrée n’était plus. Toute entrée n’était plus, toute sortie n’était plus et quelqu’un tentant de déchirer d’un sort ou physiquement le chapiteau aurait à travailler très longtemps. En fait, il n’y arriverait jamais.

Avant de se retourner de nouveau vers la foule, elle jeta un regard vers Valdès et d’un petit hochement de tête, lui fit comprendre que c’était à lui. À lui de s’emparer des otages.

Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Iita Mikkänen
Sinsear préfet
avatar
PROFIL Gémeaux

Messages : 35
Réputation : 24
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Finnoise

Aspiration : Devenir Ministre de la Magie au compte du Lord Noir

RP en cours : Starry eyed • PV Adele



RPG
Feuille de personnage
Age: 21
Niveau: 3e année Cognita
Baguette Magique: 25 cm, bois de laurier, écailles de l'Ajatar

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mar 25 Mar - 20:44

You're on your own now
We won't save you
Your rescue squad is too exhausted
And if you complain once more…

Elle était si claire, si brillante. Même à travers le masque lourd et argenté qui dissimulait entièrement son visage rond et à l’air normalement bienveillant, la flamme était tout particulièrement captivante. Ondulante, dansante, puissante, porteuse d’une victoire imminente, elle en était certaine. Elle ne clignait presque pas des yeux, son regard gris ne voulant pas quitter le feu salvateur qu’elle tenait entre ses doigts fins gantés de noir. Déterminée, concentrée, froide et ardente à la fois, Adelina se repassait en tête, une dernière fois, le plan d’attaque qu’ils avaient élaborés. Ils y étaient presque. La planification faisait lentement place à l’exécution et la jeune Finnoise n’aurait pas pu en être plus heureuse.  Elle avait également l’honneur d’être en tête des autres, désignée par le groupe comme étant porteuse de la flamme qui les aiderait dans leur quête noble et vraie. Elle ne tourna pas la tête pour voir ses confrères et consoeurs, prise dans un état qui ressemblait drôlement à la transe.  L’horloge sonna le premier coup qui annonçait le 25 décembre 1977.  Le décompte était commencé.

« Pour le Lord Noir. » , murmura-t-elle pour elle-même alors que onzième coup tonnait jusqu’à ses tympans, sa voix déformée par un sortilège.

Tout le reste se passa avec une rapidité étrange, qui n’avait rien de réel, comme s’ils étaient tous poussés par une force bien plus puissante qu’ils ne l’étaient. Leurs pas étaient presque synchronisés, comme leurs souffles, comme les battements de leurs cœurs. Ils ne faisaient plus qu’un, parce qu’ils n’avaient qu’une seule volonté; faire comprendre à cette masse faible et insignifiante qu’un jour, la volonté de Voldemort sera faite et que seuls des sorciers purs et dignes auront le droit d’être sur cette planète. Leur faire comprendre que tous les maillons faibles seront éliminés. Il n’y a pas de place pour l’imperfection dans ce futur grandiose. Et elle les vus. Ces visages intrigués, apeurés, certains même neutres. Ils ne savaient pas ce qui se passait. Certains, cependant, dégainaient déjà leur baguette, prêts à se défendre. On se chargea rapidement de celles-ci, les baguettes volant des mains de leurs anciens propriétaires jusqu’à rejoindre celles des Mangemorts. La Finnoise tourna la tête vers Valdès un bref instant, croisa son regard. Il était temps.

Le jeune homme, dans un sortilège incanté avec détermination, vint invoquer d’immenses tentacules de fumée grise, presque noire, qui jaillirent du sol en longs claquements provocateurs. Leur bruit était profond, vide, grave et lugubre, presque mélodieux alors qu’elles traversaient la pièce pour venir enlacer deux étudiants par la taille et le torse. Bien vite, Russell Taylor et Aglae Nutcombe se retrouvaient dans les airs, serrés fermement par ce fantôme monstrueux. Sebastien les attira jusqu’à lui bien qu’ils ne touchaient pas le sol, et  deux tentacules aventureux se mirent à effleurer leur cou. Les gens se parlaient, s’agitaient, quelques-uns d’entre eux criant même.


« Silence! » , s’écria la jeune femme, sa voix ayant un timbre semblable au chant sinistre des tentacules qui tranchaient l’air.

La foule se fut aussitôt. On n’entendait plus que des halètements, des pleurs retenus. Adelina regarda autour d’elle, posa ses yeux de glace embrumée sur chacun de ses camarades de classe qu’elle espionnait depuis des mois, des années. Ils ne méritaient rien de mieux. Tous les regards étaient posés sur elle, à présent. Elle se sentait tellement à sa place. Tellement grande, tellement puissante. La Finnoise leva la flamme légèrement au-dessus de ses yeux, comme si elle la présentait aux étudiants. Alors qu’elle prenait parole, un autre Mangemort – la petite Goldstein serait sans doute enchantée de voir son futur époux sous ce masque – lia les poignets et les chevilles d’un grand noir bâti comme pas deux. L’ami de Taylor, King. Une coquerelle, comme tant d’autres.


« Cette flamme sera votre salvation ou votre défaite. Vous ne pouvez pas lui mentir, vous ne pouvez pas vous en cacher.  Cette flamme permet d’identifier le statut sanguin de tous les sorciers. Si votre sang est pur, la flamme brillera d’une lueur blanche et dorée. Si vous êtes un sorcier simple, elle prendra une teinte bleutée. Si vous avez un don spécial, la flamme pétillera, en plus d’afficher la pureté de votre sang de par sa couleur. Si vous êtes un né-moldu, la flamme sera violette. Et si vous êtes un cracmol… »

Un rire sombre brisa sa voix un instant alors que son regard venait se poser sur Liam Oldford. Elle n’en était pas absolument certaine, mais cela faisait suffisamment longtemps qu’elle s’occupait de son cas pour savoir que ce garçon n’était pas normal.

« Si vous êtes un cracmol, vous ne devriez pas être ici. Et vous ne devriez pas exister. La flamme sera rouge et impitoyable. »

Adelina adressa un signe de tête à  Rabastan qui traîna Jamar jusqu’à elle et, sitôt son visage fut-il éclairé par la lueur de la flamme, celle-ci changea subitement de couleur pour devenir d’un violet intense. Il servirait d’exemple aux autres, tant pis pour lui. Ce mec était insupportable de toute façon.  La jeune femme lui balança un solide coup de genou dans le ventre et laissa Lestrange s’occuper du reste. Sans hésiter, il prit la baguette de l’Américain dans ses mains et la brisa en deux, directement devant le visage de celui-ci, avant de la jeter dans la cheminée où crépitait vivement un feu qui semblait à présent déchaîné. Peu de temps après, c’était le maître indigne de la baguette qui se trouvait devant la cheminée. Leur collègue de petite taille lança de la poudre de cheminée dans le feu et, chantonnant, l’y lança en l’envoyant vers Tombouctou, le rire strident et dément.

« Restez où vous êtes. Votre sort vous attend.»

… You’ll meet an army of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaithnid Mailiseach
avatar
PROFILMessages : 12
Réputation : 12
RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mer 26 Mar - 10:41





Château planté dans le couloir des vents marins
Est devenu prison pour les esprits malsains
Enfermé en dépit de sa raison sensée
Par les bigots dont jadis l'île était peuplée
N'avait d'égal au fou brasier de sa colère
Que son savoir en sortilèges et chimères
Naquit de sa rancune la flamme de la vengeance
Nourrie de son âme sans merci ni clémence
Elle saura reconnaître la pureté du sang
En s'illuminant d'un blanc incandescent
Le bleu éclairera les bâtards mélangés
Les fils de sans pouvoir auront droit au violet
Mais gare à celui qui n'aurait pas de magie
Lors le rouge incendie ne saurait être contrit.

† † †


Pris au piège, faits comme des rats. Le rire glacial du nain fou et son chant sinistre résonnaient sous le chapiteau parmi les cris d'effrois des étudiants qui cherchaient à s'échapper -mais c'en était fini pour eux. Ils n'avaient nulle part où aller.

En tête du cortège, les quatre jeunes recrues, sans doute plus pressées encore que leurs aînées. Elles avaient de quoi être fières. Le Seigneur des Ténèbres était enchanté par leur ferveur.
Elles n'avait rien à envier à Valdès, qui tenait en otage deux jeunes gens populaires -leur garantie, leur protection contre cette foule d'étudiants apeurés et en colère, rien à envier à Lestrange, ni au nain fou qui dansait autour d'eux comme s'il était plus possédé que la flamme de la prophétie.


"Dis donc Rabastan, elle est à croquer ta petite fiancée, on peut en avoir un petit bout ? Alleez, partage, quoi ! JOYEUX-JOYEUX NONOEL ! Oh Junko, elle est où ta bâtarde hein, elle est où ??"


Et puis, sans en attendre la réponse, il s'occupa du compte du sang-de-bourbe choisi arbitrairement par la petite Adelina. Elle irait loin, celle-là.

La grande silhouette que le nain fou avait appelée Junko, et qui paraissait maigre même sous sa robe de sorcier qui la rendait quasiment indissociable des autres en dehors de sa longue chevelure noire et soyeuse qui dépassait de sa capuche, s'était avancée hors du cortège, et observait silencieusement les étudiants un à un. On pouvait sentir son regard percer même à travers son masque d'argent.
Lorsqu'il croisa celui, couleur miel, de la jeune Elwood, elle cilla subtilement, surprise. Il était rare de rencontrer une Occlumens de ce niveau aussi jeune. Puis son regard se posa sur son cavalier. Un loup-garou, tiens donc. Discrètement, elle posa son index sur la sinistre ouverture qui servait de bouche à son masque, et continua son observation silencieuse des étudiants apeurés.


"Je vous le déconseille," lâcha soudain la Legilimens, avant de se tourner vers une étudiante qui avait à peine commencé à esquisser un mouvement vers sa baguette magique, un peu plus loin dans la foule. Junko désigna d'un mouvement de tête Russell et Aglae, prisonniers et inconscients au dessus de leurs têtes. "A moins que vous ne teniez à ce que vos petits camarades ne se fassent broyer les os, vous avez tout intérêt à coopérer."

Code by Anarchy


HJ : Voilà les étudiants, c'est à vous de jouer ! Vous avez trois semaines pour réagir, à hauteur d'un post par personnage et par tour  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlene J. Johansen
Nimh
avatar
PROFILMessages : 98
Réputation : 27
Nationalité : Danoise

Aspiration : Ingénieure en cosmétiques magiques

RP en cours : Le couloir des caprices [LIBRE]




RPG
Feuille de personnage
Age: 19
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: Noyer noir, cheveu de vélane

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mer 26 Mar - 12:13

Cela aurait pu être la plus belle soirée de sa vie.
Elle avait dansé, légèrement ennivrée, dans les bras de son beau prince charmant. Elle avait ri à en avoir mal au ventre, ri parce qu'il était follement amusant, et ri aussi pour aucune raison. Ses zygomatiques lui faisaient mal tant un sourire incontrôlable avait étiré ses joues pendant plusieurs heures. Elle avait fait semblant de ne pas voir que le beau californien l'amenait sous le bouquet de gui alors que minuit approchait.
Elle avait fait comme si son cœur ne tambourinait pas avec force dans sa poitrine, comme si elle ne s'attendait pas à ce qu'il l'embrasse à minuit, mais elle le savait, lorsque le douzième coup de l'horloge sonnerait, elle aurait donné à Russell son premier baiser.

Cependant, la fatalité semblait en avoir décidé autrement.

Au lieu d'un doux baiser, le douzième coup de l'horloge n'apporta qu'un grand chahut, un mouvement de panique qui l'emporta, impuissante, loin du californien, alors qu'elle essayait de lutter pour le rejoindre. Mais la foule indisciplinée se dispersait dans tous les sens, et les cris de panique, les appels des proches qui se cherchaient ne lui permirent pendant un moment pas de comprendre ce qu'il se passait.
Gagnée par la panique à son tour, elle se dressa sur la pointe des pieds afin de tenter d'apercevoir la raison de cette soudaine agitation.

Ce fut à ce moment qu'elle le vit. A ce moment qu'elle sentit la température de son corps baisser dramatiquement, et qu'elle dût s’agripper à la personne devant elle pour ne pas s'effondrer sous le choc.
Russell était suspendu dans airs par de lugubres tentacules de cendres, tête en bas, inconscient. Et il y avait Aglae aussi. Et ces silhouettes aux masques d'argent...

Marlene plaqua ses deux mains contre sa bouche, tremblante. Est-ce qu'ils allaient leur faire du mal ? Est-ce qu'ils allaient tous... les tuer ?? En commençant par Russell et Aglae ??

Et puis, une voix de femme appela au silence -une voix qui lui sembla étrangement familière, teintée d'un accent qui ne lui était pas inconnu, mais sur le moment, c'était bien la dernière de ses considérations.

Un calme relatif revint sous le chapiteau, alors que les Mangemort commençaient leur explication. Et plus ils parlaient, plus Marlene se sentait malade. Lorsque Jamar fut attrapé de force et jetté dans la cheminée par l'espèce de fou sinistre, elle laissa échapper un hoquet de surprise, et recula d'un pas ou deux en arrière, jusqu'à ce qu'elle soit arrêtée par le corps stoïque d'un autre étudiant, ou d'une autre étudiante derrière elle, probablement tout aussi choqué qu'elle l'était à cet instant.
Pas moi. Pas moi, je vous en supplie. Je suis une sang pur, je suis une sang pur, je vous le jure !

Elle réalisa que ses mains étaient toujours plaquées contre sa bouche, comme si elle avait peur qu'un cri s'en échappe si elle les enlevait.
Et Russell qui était toujours là haut, sans défense... Par pitié, que personne n'intervienne ! Que personne ne le mette en danger, je vous en prie. Qu'ils le laissent sain et sauf, et qu'on la laisse tranquille elle aussi. Elle était une sang pur, peu importe ce que pourrait bien dire la flamme. Par pitié, partez, partez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Jeu 27 Mar - 15:06

No Death Eater looking for a murder
Two in the morning got the fat burger
Even saw the lights of the city through the fog
And it read Jamar Kings's a hound dog
Drunk as hell but no throwing up
Half way through the night and the ladies still showing up
Even had the chance to buff my guns today
I got to say it was a good day.


Aujourd'hui avait été une bonne journée.
Tous les soucis du monde paraissaient loin, et Jamar King en parvenait même à oublier momentanément sa chère Californie qui lui manquait tant. Ce soir, pas de jolies minettes en mini robes à paillettes juste histoire de dire qu'elles n'étaient pas nues, pas d'ambiance sexy et délurée comme dans les boîtes de L.A., mais il y avait, sous ce chapiteau, en ce soir de Noël, comme un sentiment de famille qui commençait à naître en lui.
La présence de son meilleur ami et celle de sa cavalière/colocataire la plus drôle et sexy de tous les temps y étaient pour beaucoup.

Accoudé à la cheminée, verre de cocktail aux saveurs ensoleillées à la main, le californien baratinait encore gentiment la monégasque comme il savait si bien le faire. Et elle riait, se moquait affectueusement de lui, comme toujours. C'était leur petit rituel, et il aimait les choses telles qu'elles étaient. Il n'échangerait ce petit bonheur simple contre rien au monde.
Au loin, Russell semblait lui aussi roucouler comme un tourtereau bienheureux. Tout était paisible, tout était facile et agréable.

Aujourd'hui avait été l'une de ces journées qui vous laissent avec un sourire béat au visage, et qui vous rendent un brin sentimental, même. Et ça, ce n'était que la journée... attendez que la nuit commence !

Looking in my mirror not a trouble in sight
And everything is alright

Malheureusement, à peine minuit sonna-t-elle que le sourire disparut définitivement du visage de Jamar.

Un chant de Noël à vous dresser les cheveux sur la tête (du moins, s'il en avait eu) retentit dans le chapiteau au moment où il vit les Mangemorts faire leur entrée.
Il n'eut guère le temps d'essayer de comprendre ce qu'ils faisaient là, ce qu'ils voulaient. Tout ce que son instinct lui dicta, fut de se planter devant Avalon, baguette dégainée en direction des intrus.
Avant d'avoir le temps de réaliser ce qui lui arrivait, sa baguette lui échappait des mains, et il se sentit ligoté pieds et poings. A quelques centimètres de son visage, on lui infligea la lueur terrible d'une flamme enragée. Enragée, littéralement. Jamar eut la vive sensation que si elle n'avait été enfermée dans ce bocal de verre, elle l'aurait enseveli et consumé avec une haine dévorante.
Un coup de genou lui fut envoyé dans les abdo. La douleur fut bien moindre comparée à l'humiliation qu'il ressentit, pris au piège, sans défense, sans sa baguette et avec ses muscles et sa force physique parfaitement inutiles contre la magie. Ses yeux brillèrent de férocité lorsqu'on lui brisa sa baguette sans procès.

Mais sa colère ne fut rien, rien comparée à la haine qu'il ressentit pour ces êtres malfaisants, lorsqu'il réalisa qui ils avaient pris en otage.
Les lâches.
Jamais Jamar King  n'avait ressenti autant d'émotions négatives qui bouillonnaient en lui. Jamais il ne s'était sentit frémir de fureur comme à cet instant. Il aurait voulu hurler, insulter ces Mangemorts des pires horreurs qu'il n'aurait jamais eu l'idée de prononcer autrement, de libérer le Hulk qui grandissait en lui, mais la vision de Russell en position si fragile lui fit serrer la mâchoire.

Et de toute façon, on ne lui laissa guère le temps de penser d'avantage.
En moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, des flammes émeraude flamboyantes vinrent lui lécher tout le corps, et cette scène de ses camarades cherchant à fuir le chapiteau comme des proies dont on aurait obstrué le terrier fut l'image qu'il vit de St-Barnaby pour la dernière fois.

I can't believe, today was a good day

Hey wait, wait a minute fool
Stop the shit
What the fuck am I thinking about?
Revenir en haut Aller en bas
Loïc Portlock
Monaraith préfet
avatar
PROFIL Bélier

Messages : 160
Réputation : 19
Date de naissance : 12/04/1956
Nationalité : Anglaise

Aspiration : Créer un remède contre la lycanthropie & Travailler au département des mystères de Londres

Fiche : + Common sense is not so common

RP en cours : + L'appart du 2e
+ Contre toute attente rien de surprenant
+ Seuls ensemble



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique:

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Jeu 27 Mar - 17:12

La tête encapuchonnée autour de lui ne le surprit étrangement pas.

Ça n’avait été qu’une question de temps entre l’attaque de l’halloween et celle-ci et selon lui, personne n’aurait dû être étonné qu’ils aient choisit cette soirée en particulier pour faire leur attaque. Tout était si logique après tout… d’une clarté désolante qu’il s’en voulu lui-même de ne pas avoir été assez vite pour le prévoir, d’avoir invité Evelynn… de la mettre dans une situation de danger.

Il s’en voulait.

À peine quelques mois plutôt, ils étaient venu, toutes ces têtes encapuchonner dont il était plus que certain de connaître l’identité. Ils étaient venu à son appartement, alors qu’Eve n’était pas là, il lui avait demandé de rejoindre leur rang, peu importait son statue sanguin, un cerveau comme le siens serait d’une grande utilité pour leur mouvement et il aurait été d’office sous leur « protection ».

Évidemment… Il avait refusé.

Pourtant, pourtant, alors que son cerveau s’activait à une vitesse alarmante en voyant les sorciers aux robes noirs, aux masques argentés, il se dit que s’il avait accepté, Evelynn et lui n’aurait pas eu à faire face à cette situation. Erreur de jugement? Conviction trop profonde? Peu importait maintenant, il était trop tard, alors qu’il reconnaissait la silhouette encapuchonné de Sebastian Valdès… un homme qui avait un jour été son ami et à qui maintenant Loïc ne montrerait aucune merci s’il s’empennait à quiconque proche de lui.

Sans se placer directement au devant de l’américaine, car il la savait très apte à se défendre, il s’avança tout de même légèrement, son corps près de la jeune femme, émettant mine de rien un obstacle à quiconque tenterait de s’en prendre à elle, au fond de sa poche, à une distance raisonnable de sa main, il sentait sa baguette, chaude et vibrante, prête à l’action.

Devant lui, une femme passa, le faisant étrangement frissonner alors qu’elle levait un doigt en sa direction pour lui suggérer le silence… il pouvait sentir son sourire sous sa couverture, l’emplissant d’un malaise certain.

Il n’osait détourner les yeux des mangemorts devant lui, le contact visuel était primordial pour ne pas avoir de mauvaise surprise… mais quand il les vit s’emparer de Jamar, l’humilier avant de le faire disparaître, le lycanthrope sentie le loup gronder au fond de son être, par instinct de protection, il déposa délicatement sa main libre dans le dos de sa cavalière, agrippant légèrement le tissus de sa robe pour le tenir fermement. Ils n’amèneraient son américaine nulle part, fois de Portlock.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aglae Nutcombe
Nimh
avatar
PROFIL Cancer

Messages : 157
Réputation : 16
Date de naissance : 09/07/1956
Nationalité : Anglaise

Aspiration : Première-répondante en cas d'attaque ~ Médicomage de terrain

Fiche : + Là où les harpies sont, je n'y suis pas

RP en cours : +Soirée épique en perspective
+ Sentez-vous la magie?
+ Marchandise magique



RPG
Feuille de personnage
Age: 21 ans
Niveau: 4e année Maestria
Baguette Magique: Bois d'érable, 25.3 cm ~ crin de Licorne

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Mer 2 Avr - 22:29




Please just kill me.

Elle n'avait rien vu venir.

Dos à la porte d'entrer, occupée à regarder les petits couples par-ci par là fêter Noël, elle avait été la dernière à prendre conscience de l'entrer fracassante d'elle ne savait qui.  L'un des seuls indices lui indiquant que ça n'avait absolument rien de positif avaient été :

1) le rire lugubre et aiguë d'un homme.

2) les visages des couples lui faisant face, se décomposant de plus en plus au fil des secondes.

Puis un étrange sentiment s'était emparer de son corps alors que tout devenait noir autours d'elle.  

Noir.

Tout était noir alors qu'elle ne pouvait qu'entendre un brouhaha de panique autours d'elle... merlin, que lui arrivait-elle?  Elle tentait de tourner la tête d'un côté, puis de l'autre, alors qu'un sentiment de panique l'avait saisit, des picotements traversant son corps, avec de plus en plus de force, alors que le sentiment de paralysie se transformait rapidement en une douleur fulgurante, brûlante.  L'envie de crier était plus fort qu'elle, l'envie de bouger, de sauter, de gigoter pour contrer la douleur qui couvrait maintenant pratiquement la totalité de son corps.

Pourquoi personne ne l'aidait?

Terrorisée, elle ne comprenait plus rien des mots dicté autours d'elle alors qu'elle aurait dû y porter attention, elle aurait dû se clamer, écouter et comprendre ce qu'y lui arrivait.  Mais elle en était incapable, complètement affoler, elle avait l'impression que son cœur était littéralement en train de s'arracher de son corps.

Merlin... qu'on la tue, qu'on lui arrache la peau, qu'on fasse n'importe quoi pour la libérer, pour que cette douleur s'arrête enfin!

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Jeu 3 Avr - 11:26

Sujet commun ❥ Wake me up

Le bal de Noël, cette robe, Liam, tout s'annonçait parfait pour passer une soirée tout aussi parfaite. L'espace d'un instant, elle avait oublié toutes ses choses qui avaient trop souvent tendance à parasiter sa bonne humeur. Le sourire aux lèvres, elle avait décidé de profiter de cette soirée en compagnie du timide néo-zélandais et son sourire s'était étiré d'avantage quand il lui avait proposé de danser. Bien entendu qu'elle acceptait. Cassiopée avait toujours aimé danser et le faire aux côtés de Liam avait quelques choses de plus appréciable encore, elle se doutait que lui ne dansait pas tout les jours, cependant il ne se débrouillait pas mal du tout.

La soirée avait vraiment tout pour être magique, jusqu'à ce qu'un froid s'installe dans ce chapiteau si chaleureux. Quelque chose clochait. Et elle en tarda pas à voir son intuition se confirmer quand des mangemorts firent leur apparition. Clairement, la soirée allait être inoubliable, mais pas pour les raisons qu'elle avait espéré. Le sang de la jeune femme se glaça dans ses veines, se rapprochant de Liam, sans trop réfléchir. Ce fut d'ailleurs à ce moment qu'elle vit la baguette du Néo-Zélandais voler dans les airs. Son sang se dégela instantanément et elle pu sentir l'adrénaline se disperser dans tout son corps. Instinctivement, elle se dressa devant Liam et le cortège de mangemorts qui affluait sous le chapiteau. Elle ne voulait pas jouer les héros ou quoique ce soit d'autre, c'est juste qu'il n'avait plus de baguette et qu'elle ne voulait vraiment pas qui lui arrive quoique ce soit. Elle adressa un petit sourire rassurant à son cavalier, même si on fond d'elle, elle n'était pas du tout rassurer. Il aurait fallut être fou pour être totalement serein dans ce genre de situation, ou être un mangemort, mais dans son esprit c'était la même chose.

Son cœur se souleva dans sa poitrine quand elle vit Aglae et Rusell suspendu dans les airs par elle ne savait quel sortilège. Elle avait de plus en plus de mal à garder un visage neutre, sa conscience lui criait de faire quelque chose, pendant que son bon sens lui ordonnait de ne pas bouger. Puis après cette vague de peur, s'installa l'indignation. Parce que c'était bien de l'indignation qu'elle ressentait quand elle entendit une femme lui expliquer leur plan. Une flamme qui dévoilait le statut du sang de chacun. La mâchoire de la brune se serra, son visage était vraiment sans expression maintenant, ça faisait bien longtemps que ça ne lui était pas arrivé. Jamais elle n'arriverait à comprendre ces personnes qui apportaient autant de crédit à un statut sanguin. C'était ridicule et des gens risquaient de mourir à cause de ça. L'espace d'un instant, une vague de panique s'installa en elle. Jamais elle n'avait pensé au statut sanguin de ses amis, mais ils ne pouvaient décemment pas tous être des sang-purs... et Liam? Qu'allait-il advenir d'eux? De lui ? Elle jeta un coup d’œil rapide à son cavalier. Pour la première fois de sa vie, elle espéra se trouver en compagnie d'un sang-pur. Sa main alla effleurer celle du SINSEAR.

Les yeux de la brune lancèrent des éclairs quand un mangemort s'approcha d'elle et parla d'elle comme de la fiancé de l'un d'eux. Rastaban était là, elle aurait du s'en douter. La nausée s'empara d'elle, comment ses parents pouvaient-ils imaginer la marier avec l'un d'eux. Ses doigts serrèrent un peu plus ceux de Liam, comme pour se raccrocher à quelque chose de bien réel. Tout ça devait être un cauchemar. Elle allait se réveiller...
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Ian Bale
Nimh
avatar
PROFIL Gémeaux

Messages : 127
Réputation : 27
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Gallois

Aspiration : Psychomage en milieu carcéral

Fiche : Le géant de service

RP en cours : Let's fuck around


RP Terminés : Instant Alecia [S]
Que l'harmonie émane de toi
La jalousie n'a jamais rien réglé, ni la fierté, ni la neutralité
Bal de Noel
Entre le whisky et une danse
Premier contact
La maladie, le manque, la crise, le sauveur
Dessine-moi un mouton - Abandonné suite à mon retour
Sentez-vous la magie? - Abandonné suite à mon retour
Le premier rendez-vous - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 25 ans
Niveau: 7e année Maestria
Baguette Magique: 31 cm, Aulne, plume d'hippogriffe

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Jeu 3 Avr - 19:55

C’était comme dans un film.

Les yeux dans les yeux, les mains entrelacées, les lèvres attirées les unes vers les autres comme si on les avait serties d’aimants. Il n’aurait pas pu demander mieux, c’était bien simple. Il était au bal de Noel, un bal luxueux, riche, digne des rêves des jeunes femmes les plus créatives. Avec la femme qu’il désirait plus que n’importe quoi d’autre au monde, qu’il fréquentait depuis des mois. La femme qui le rendait heureux et qu’il voulait rendre heureuse aussi. Ils avaient mangé, ils avaient bu, ils avaient dansé, s’étaient murmurés quelque mots doux et plus risqués. Je t’aime, moi aussi, j’ai envie de toi, j’ai hâte de rentrer chez toi, tu me rends dingue.  Ils étaient sur le point de tout lâcher, d’abandonner la bataille et d’aller se réfugier chez Teagan pour profiter de la soirée et du corps de l’autre. Ce n’était pas que l’alcool et l’envie grandissante depuis plusieurs semaines, ni l’envie de vouloir se plier à un cliché qui voulait que les amoureux se réunissent complètement et totalement dans l’intimité après un soir de bal.  Ils étaient tout sauf clichés, non? Ils étaient beaux, une sportive et l’autre intellectuelle, une attirance interdite qui avait grandi d’elle-même sans qu’ils ne puissent y faire quoique ce soit… Non? Le couple parfait, que tout le monde espionnait secrètement du coin de l’œil en se disait qu’ils aimeraient tellement être comme eux… Non? Rien de cliché.

Il était presque temps de rentrer pour eux lorsque le premier des douze coups de minuit sonna dans le chapiteau. La tension et l’envie étaient à leur comble et il était presque impossible pour eux deux d’attendre trop longtemps encore avant de céder à leurs envies. Ils étaient en plein plancher de danse, enlacés et amoureux, prêts à se donner l’un à l’autre. Son regard dans le sien, ses doigts contre sa taille et sa joue, ses lèvres posant tendrement un baiser contre sa tempe. La clameur qui gronda dans la pièce mit un frein à la perfection du moment. Quelques cris de stupeur, quelques jurons, quelques pleurs retenus.  Le Gallois pivota sur lui-même afin de voir ce qui se passait derrière lui. Ce qu’il vu lui glaça le sang. C’était donc vrai. Les rumeurs, tout ce qui se disait dans les couloirs de l’université depuis l’incident de l’Halloween. Les Mangemorts étaient présents et impitoyables et ce soir, ils semblaient avoir bien l’intention de le faire comprendre à la populace de St-Barnaby.

Dans un réflexe qui était bien plus grand que lui, le jeune homme vint se placer un peu devant Teagan sans forcément la bloquer totalement. Il attrapa sa main de la sienne, la serra avec tendresse et partagea un regard inquiet avec elle alors qu’un des Mangemorts – dont la voix étrangement familière était fortement modifiée par un sortilège de quelque sorte – citait ce à quoi la flamme servait. Ian rapporta bien vite son attention sur le lugubre spectacle qui se donnait devant lui alors qu’au creux de son torse, une rage grandissante bouillonnait en lui.  Il ne pouvait pas rester là à rien faire. Mais en même temps, était-il sage de mettre la vie de ses camarades encore plus en danger qu’elle ne l’était déjà? C’était… absolument dégoûtant. Être témoin d’un cirque pareil et être pris dans une impasse. Il n’en pouvait plus, de voir Russell et Aglae pendus dans les airs, liés par ces longues tentacules noires.  Et Jamar qui se faisait humilier devant ses pairs sans avoir la chance de se défendre, sans pouvoir dire un mot. Tous les livres qu’il avait lus et mémorisés bien malgré, tout son savoir, gigantesque et excessif, cette maladie que plusieurs avaient qualifié de don. Tout cela ne servait strictement à rien. Il aurait voulu être suffisamment impulsif pour s’imposer, pour tenter l’impossible, mais il ne pouvait pas. C’était beaucoup trop dangereux. Le risque était trop élevé. Et alors qu’il jetait un regard à la fois protecteur, inquiet et désespéré à la brunette à ses côtés, il s’en voulait terriblement d’être aussi cérébral. Mais qu’ils essayent de s’en prendre à Teagan, pour voir. Il saurait leur faire sentir sa furie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Russell Taylor
Intégration
avatar
PROFIL Gémeaux

Messages : 38
Réputation : 17
Date de naissance : 17/06/1990
Nationalité : Américain

Aspiration : Joueur de Quidditch professionnel

Fiche : Surfer boy

RP en cours : .

RP Terminés : Bal de Noel
'Cause a pretty face like yours is just too much for me to forget - Abandonné suite à mon retour



RPG
Feuille de personnage
Age: 20
Niveau: Cognita
Baguette Magique: 30,3 cm, Bois d'Épicéa, Nerf de coeur de dragon

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Jeu 3 Avr - 20:52


J’peux pas croire que quelque chose comme ça est en train de se produire.

Et je peux pas croire non plus qu’ils ont décidé de s’en prendre à moi. Bande de connards. C’est clair que je ne l’aurais souhaité à personne d’autre, mais je ne mérite tellement pas cette torture. La douleur d’avoir été arraché à la belle blondinette que j’ai réussi à emmener sous le gui pour voler un baiser à ses lèvres. La douleur de la voir complètement paniquée alors qu’une espèce de masse noire et brumeuse m’éloigne d’elle jusqu’à me faire valser au plafond. Je les emmerde tous, ces hypocrites au masque d’argent, ces psychopathes, ces putains d’enculés de mes couilles. Pourquoi moi plus qu’un autre? Pourquoi cette école? C’est pas l’amour entre St-Barn’ et moi, c’est un secret pour personne, ça. Elle a trop de caprices, elle est dans un pays où il fait jamais beau et où les plages sont en pierre. Et puis, ça reste une école, hein.

Mais j’ai rencontré des gens géniaux ici, des gens qui valent la peine d’être connus, qui méritent d’être écoutés. J’ai retrouvé mon meilleur ami, je me suis fait d’autres amis, et j’ai trouvé une perle qui m’a fait réaliser qu’en fait, la vie c’est p’tet mieux à deux. Je me suis attaché à ma routine, au stade de Quidditch, aux imperfections des gens que je côtoie à chaque jour. Et alors que je me sens m’éloigner de ces personnes-là, je réalise à quel point la situation est grave. Nous sommes tous en grave danger.

J’essaie de me débattre tant bien que mal, mais la poigne du sortilège est trop solide. Plus je bouge, plus les tentacules raffermissent leur étau sur mon corps, et plus j’ai mal. Je ne veux pas qu’ils me voient ainsi. Paniqué, terrorisé, les larmes aux yeux et la sueur au front. Je grogne, je jure, c’en est assez de ces conneries. J’entends le discours, je vois les regards de tous mes camarades rivés sur moi. Je vois Aglae à mes côtés, dans les airs. Je me dis que je voudrais tellement la sauver. Je vois Marlene et je ne peux pas m’empêcher de lui jeter un regard d’excuses… J’aurais tellement voulu l’embrasser.

Mais quelque chose d’autre vient attirer mon attention. La silhouette baraquée de mon meilleur pote, traînée comme une loque jusqu’aux pieds d’un Mangemort. Puis je vois la flamme qui change de couleur, qui devient violette, qui éclaire son visage aux traits enragés mais impuissants. Le coup de genou est de trop. Je me débats violemment, cette fois, je les insultes. You filthy motherfuckers.

Je perds connaissance, assommé.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve John
Ceart
avatar
PROFIL Bélier

Messages : 424
Réputation : 61
Date de naissance : 04/04/1994
Aspiration : passer au moins une année sans drame, s'il vous plait merci.

Fiche : NO FUTURE.

RP en cours : à venir



RPG
Feuille de personnage
Age: 22
Niveau: 4e année Maestria
Baguette Magique: Chêne rouge, mue de Serpencendre. Crache des étincelles lorsqu'elle s'ennuie.

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Ven 4 Avr - 5:51

Quel réveillon de Noël pourri.

D'abord, Gainsbury ne l'avait jamais rejointe aux toilettes. Ce grand idiot s'était sûrement retenu toute la soirée pour l'éviter. Tant pis pour lui, il n'avait aucune idée de la fête qu'il ratait.
D'un autre côté, cela arrangeait pas mal la Ceart, car celle-ci avait passé une partie de la soirée assise au pied des toilettes, prise d'une nausée insistante.
Sérieusement, elle avait bu TANT que ça ??

Et puis elle avait tout de même fini par se sentir de nouveau d'attaque -Eve John malade, on n'avait jamais vu ça, et elle comptait bien qu'il en reste de même- et elle retourna papillonner dans la salle de bal entre danses langoureuses avec qui le voulait bien ou avec elle-même, et d'avantages de verres d'hydromel (c'était Noël ou bien ??).
Elle tenta de grignoter un peu du fabuleux festin pour éponger l'alcool, mais curieusement assez peu de choses sur la table lui disaient. Lorsqu'un plateau de petits canapés au saumon frais lui passa sous le nez, c'est bien simple, elle fut à deux doigts de rendre sur le pauvre brownie qui n'avait rien demandé.
Difficile à croire, mais malgré ses années d'expérience et son statut de barmaid professionnelle, Eve John était raide soule.

Elle fut cependant tout juste assez lucide pour comprendre la scène qui se déroulait sous ses yeux lorsque le chapiteau se transforma en forteresse inviolable, emplie des cris d'effroi des étudiants prisonniers.

Plaquée tout au fond contre la paroi par les mouvements de foule, elle dû se dresser sur la pointe des pieds malgré sa grande taille pour apercevoir ce qu'il se passait.
Et ce qu'elle vit lui fit boullir le sang.
Elle se sentit miraculeusement dessaouler en un instant.

Instinctivement, elle chercha à croiser le regard d'Evelynn, dans l'espoir d'un ordre silencieux, d'une indication sur l'attitude à adopter, n'importe quoi. Mais celle-ci était loin devant en compagnie de Loïc. Loïc-- Si quelque chose devait arriver à son coloc, elle jurait sur sa vie que cela se finirait en bain de sang.
C'est donc livrée à son propre instinct qu'elle posa les yeux sur les deux étudiants qui servaient de boucliers à ces lâches de Mangemorts.
Elle était désolée de voir Taylor dans cette piètre position, et elle sympathisait sincèrement avec Aglae envers qui elle n'avait pourtant aucun attachement particulier, mais elle ne pouvait pas ne pas réagir.
Ici, c'est son fief. Les étudiants et les villageois, c'était son clan. Et le jour où elle laisserait une bande de terroristes en prendre le contrôle n'était pas encore arrivé.
Les menaces de la Mangemort -malgré son masque, elle pouvait reconnaître sa mère... elle allait payer, cette bitch haïssable, cette traitresse- malgré ses menaces on ne peut plus claires de s'en prendre aux otages en cas de tentative de rébellion, elle savait qu'il n'y avait pas à réfléchir : c'était désormais la guerre, et en temps de guerre, il fallait savoir prendre des risques. Même si cela impliquait perdre des hommes.

L'envie de dérouiller du Mangemort était bien trop grande, de toute façon.


"Eh, les danseuses du bal masqué, r'gardez par ici ! OH, j'vous cause !"

Sa voix s'était élevée aussi fort qu'elle le pouvait au dessus du désordre général. Debout sur une table au fond de la salle de bal, Eve sentait qu'elle avait capté la majeure partie de l'attention.
C'est en levant ses deux majeurs au dessus de sa tête dans une posture particulièrement provocatrice à l'intention des Mangemorts qu'elle balança, non sans une certaine délectation :

"VOLDY EST UNE PUTE !"

Il fallut moins d'une demie seconde pour que sa baguette lui soit confisquée d'un sortilège d'attraction alors qu'elle la dégainait hors de sa botte.
Il fallut moins de temps encore pour que son corps soit envoyé rebondir comme une poupée de chiffon contre le mur, avant de partir valser droit dans l'un des gigantesques sapins.
Elle retomba au pied de celui-ci comme une boule de Noël brisée. Sonnée, désarmée, écorchée, mais plus déterminée que jamais à se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn Doherty
Stagière
avatar
PROFIL Poissons

Messages : 227
Réputation : 59
Date de naissance : 13/03/1989
Nationalité : Nord Irlandais

Aspiration : Enseignant

Fiche : Love, Loyalty, Friendship

RP en cours : Se réchauffer le corps et l'espritSometimes I feel I've got to run awayAfternoon memories

RP Terminés : I woke up today and wished for tomorrowThe hopeless and talentless knight in rusted armor and the queen of cunts



RPG
Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau: Ultimum
Baguette Magique: Bois de peuplier, crin d'Abraxan

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Ven 4 Avr - 16:36

La cohue. La panique. L'entrée brutale et cacophonique d'un sombre cortège. Des masques d'argent, une flamme de fort mauvais augure. Le chapiteau qui se refermait sur ses détenus.  La capture de deux étudiants innocents. Aglae... Sa pomme d'Adam qui se faisait douloureuse au creux de sa gorge, alors qu'il étreignait la main de Paxton à lui en broyer les doigts.

Comment était-il possible de croire qu'une minute auparavant, il fusse occupé à célébrer son premier Noël auprès de sa magnifique petite amie, en ayant beaucoup trop bu, en ayant attendu beaucoup trop longtemps pour rentrer ? Comment était-il possible, quand il constatait ce spectacle de peur et de désolation, qu'il ait eu la naïveté de croire, bercé par la magie de Noël, qu'il était heureux et que cela pouvait durer ?

Ne pas bouger, surtout être bien docile et faire ce que les Mangemorts demandaient. Certaines personnes allaient être brutalisée, mais le pire pourrait être évité. Aglae et Russell ne se verraient pas réduire le squelette en miettes, par exemple.

Le contact de la main de Paxton l'aidait à garder son calme. Sa présence le rassurait. Il avait une totale confiance en elle, elle était si forte, il ne pourrait rien lui arriver.
Quel risque y avait-il pour que les Mangemorts s'en prennent à lui, de toute façon ? Est-ce qu'il était possible qu'ils connaissent son visage ? Qu'ils aient eu vent du projet sur lequel il était en train de travailler ?
Non, impossible, il n'était personne. Il était insignifiant, un banal sorcier de sang simple, qui n'avait jamais prononcé un mot plus haut que l'autre, qui n'avait rien d'un militant. Il n'était que cet étudiant lâche qui avait fait l'affaire des pro sang pur en abandonnant un sujet de recherche qu'il n'avait pas les épaules de porter jusqu'au bout.
Il n'était qu'un trouillard qui rongeait en silence sa haine pour les Mangemorts depuis qu'ils avaient causé la mort de son jeune frère.

Est-ce que c'était l'un d'entre eux ? Est-ce que c'était ce nain au chant de Noël glaçant qui avait accidentellement mis fin aux jours de Riley ? Est-ce que c'était cette femme aux longs cheveux noirs, ou bien celle qui venait de briser la baguette de Jamar ? Est-ce que c'était cette silhouette silencieuse qui retenait Russell et Aglae en otage ?

Il serra encore davantage la main de Paxton.

Non, il ne lui arriverait rien, il était un anonyme ici. Ce n'était pas comme Teagan.

Teagan.

Ses prunelles bleu-grises parcoururent la foule, affolées, à la recherche de leurs jumelles parfaitement identiques.
Elle n'était qu'à quelques mètres, séparée de lui par un poignée d'étudiants, mais elle était déjà trop loin.
Il pouvait presque sentir la terreur de sa sœur le gagner à travers leur lien de gémélité. A moins que cette peur ne fusse réellement en lui dès le départ. L'idée de perdre Teagan comme il avait perdu Riley le traversa, accompagnée d'une douleur insupportable.

Et puis il y eut un bruit, une diversion, provenant du fond de la salle. La voix d'Eve. Mais honnêtement, en cet instant, il se souciait bien peu de savoir ce qui arrivait à la barmaid.
Tout ce qu'il savait, c'est qu'en cet instant précis, la foule devint perturbée, l'attention des Mangemorts semblait, brièvement, portée ailleurs. C'était le moment où jamais.
Sa main serrant fortement celle de Paxton, il se glissa dans la foule en mouvement, l'entraînant  dans son sillage, tentant de garder le cap grâce à sa large carrure en direction de Teagan.
Malheureusement, sa petite amie ne pouvait prétendre avoir une taille à transpercer la foule aussi facilement que lui. Il sentit ses doigts glisser des siens, irrémédiablement.
Le temps d'une brève seconde, il lui lança un regard tourmenté et désolé.
Il venait de rompre sa deuxième promesse, celle de ne la lâcher à aucun moment.

Il hésita le temps d'un battement de cœur manquant. Puis il continua sa route.

Si cette heure devait être la dernière qu'il passait sur cette Terre, c'est auprès de Teagan qu'il voulait la passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avalon Somerset
Intégration
avatar
PROFIL Bélier

Messages : 146
Réputation : 55
Date de naissance : 03/04/1994
Nationalité : Monégasque, Anglaise

Aspiration : ... l'alchimie, peut-être?








RPG
Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau: 1e année Cognita
Baguette Magique: Bois de Vigne, 29,7cm , ventricule de dragon

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   Sam 5 Avr - 22:45

Jamar avait été emporté, Aglae et Russell piégés et souffrants Ava ne voyait pas Quinn et Eve venait d’être projetée contre un mur. Ava était tétanisée. Elle ne pouvait pas se battre, sous peine de finir comme la barmaid de la Banshee ou pire, de voir Russ souffrir. Elle ne savait plus quoi faire ou dire et sa poitrine était serrée comme dans un étau. Elle n’avait pas de main à laquelle se raccrocher et vu l’emplacement de sa baguette – dans un fourreau attaché à sa cuisse – ce serait impossible de l’attraper discrètement. Il faut dire, elle n’aurait pas cru avoir besoin de discrétion pour aire l’action si simple que d’user de sa baguette ce soir.

La foule avait commencé à bouger, courir dans le désordre pour tenter de sortir et Ava le remarqua assez tard, mais ne se fit pas prier pour tenter de sortir en vitesse, aller chercher du secours, quelque chose. En fait elle devait se l’avouer avec beaucoup de honte, elle ne voulait que sortir pour le moment. Bien sûr elle tenterait d’aider mais en ce moment, que faire, tenter de libérer les otages et morfler elle aussi, en plus de risquer pire? Non, elle ne pouvait pas. C’est avec ces sombres pensées qu’elle fonça dans quelqu’un. Tout le monde avait arrêté de bouger, certains au-devant commencèrent à crier et il n’en fallut pas plus à la jeune femme pour comprendre. C’était bloqué. Ils étaient réellement fais comme des rats, avec comme seule issue la cheminée dans laquelle son cavalier avait été jeté. Elle y songea, cœur serré.

Tout ça, elle n’y était pas préparée. Miss Somerset n’ayant jamais été versée dans la politique, elle était globalement au courant de ce qui arrivait en Angleterre, mais rien qui soit tangible, réellement effrayant. Maintenant par contre… c’était limite l’apocalypse dans son cerveau. Elle était là, une née-moldue et se retrouvait sans avertissement ni raison, une ennemie et une disgrâce. Tout ça était trop familier… ha si son père avait été sorcier, n’aurait-il pas été bien parmi toutes ces bêtes sauvages masquées, croyant à des fadaises?

Elle respira un bon coup et se retourna, faisant dos à celui qu’elle avait accroché et tentant le plus rapidement de remonter sa robe et d’attraper sa baguette, exercice difficile dans une foule si compacte. S’il devait y avoir des sorts jetés, ce ne serait pas dans son dos, c’est tout. Néanmoins, sa gorge se serra. Elle était dans la dernière rangée de personnes qui avaient tenté de fuir. Complètement à découvert. Sans attendre, la brune lança un sort de Protego et n’avait pas pris la peine de voir si un sort ne fusait pas déjà sur elle. En espérant qu’une malchance ne se produise pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: [Scenario de Noël] La Salle de Bal   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Scenario de Noël] La Salle de Bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Loin du monde magique :: Praeteritis Memoria :: BAL DE NOËL :: Sous le chapiteau-